Ben Weyts élabore une stratégie de testing propre aux écoles flamandes

Le ministre flamand de l'Enseignement Ben Weyts (N-VA) élabore "sa propre stratégie de testing" pour les écoles. "Avec le gouvernement flamand, nous avions commandé quatre millions de tests rapides, je pense que nous en aurons besoin d'un million. Je demande également au gouvernement fédéral si des volontaires de la Croix-Rouge seraient autorisés à faire passer ces tests rapides", a déclaré le ministre lors de l’émission dominicale "De zevende dag" (VRT).

Ce lundi 16 novembre, les enfants retournent à l’école après deux semaines de vacances de la Toussaint prolongées. Certains s’inquiètent de cette reprise des cours. La semaine dernière des hôpitaux ont ainsi estimé que c’était "trop tôt". "Nous devons faire des choix difficiles", reconnaît le ministre flamand de l'Enseignement Ben Weyts (N-VA). "Mais je pense que c'est mon travail de garantir l’enseignement. De plus, nous ne le faisons pas de manière imprudente, des mesures de sécurité strictes sont en place. Il y a deux certitudes : les enfants ne sont pas le moteur de l'épidémie et si nous fermons les écoles, cela nuira au bien-être et à la sécurité des enfants et créera un déficit d'apprentissage".

Une stratégie de testing propre aux écoles

Ben Weyts veut également intervenir rapidement et, selon ses propres termes, il développe une stratégie de test pour l'enseignement. "Nous avons commandé quatre millions de tests rapides auprès du gouvernement flamand. Nous pensons qu'il nous faut un peu plus d'un million donc ce n'est pas un problème". 

Il veut également faire appel à la Croix-Rouge pour faire passer les tests. "Voilà une nouvelle mission qui ne peut être effectuée que par des personnes ayant reçu une formation médicale. Or faire passer ces tests rapides n'est pas si difficile. Je voudrais donc demander au ministre de la santé publique Frank Vandenbroucke d'autoriser les volontaires de la Croix-Rouge à faire passer ces tests, afin que nous puissions alléger la charge du personnel soignant". Depuis, le cabinet de Frank Vandenbroucke déclare avoir reçu la demande et y répondra favorablement. Les volontaires de la Croix-Rouge seront donc bientôt en mesure et autorisés à effectuer ces tests rapides.

Concrètement "Le premier jour, un test rapide sera effectué et après 5 jours un test PCR classique, pour être sûr. S'ils sont tous les deux négatifs, la quarantaine pourra être levée deux jours plus tard".

Pas d’obligation du masque pour les enfants de moins de 12 ans

Par ailleurs Ben Weyts n’est pas partisan de l’obligation du port du masque pour les enfants de moins de douze ans comme cela a été appliqué dans certaines communes wallonnes.

Les plus consultés