Pixabay

Qui sont les morts du coronavirus en Belgique et quelles sont les régions les plus touchées?

15.025 : c'est le nombre de décès de la Covid-19 que compte notre pays depuis le début de la pandémie. Le triste cap des 15 000 morts a donc été franchi. Mais qui sont ces compatriotes décédés de la Covid-19 et de quelles régions venaient-ils ?

Une majorité de personnes âgées

Les chiffres sont très clairs, les personnes décédées sont surtout des personnes âgées. Plus de 80 % (12 308) de tous les Belges qui sont morts des suites de la Covid-19 jusqu'à présent ont plus de 75 ans, et plus de la moitié ont même plus de 85 ans (7 871).
Pour les jeunes, l’épidémie semble être moins mortelle. Dans la catégorie des 25 à 44 ans, moins de 100 personnes sont décédées jusqu'à présent (63), et seulement 4 parmi les moins de 25 ans.

Plus de femmes que d’hommes ? Quoique

D’après statistiques, un peu plus de femmes que d'hommes sont mortes du coronavirus : 7 654 (51 %) contre 7 344 (48,8 %). Mais ce n’est pas parce que les femmes sont plus touchées par le virus mais bien parce que les femmes ont un longévité plus longue que les hommes.

"Le fait que plus de femmes que d'hommes soient décédées des conséquences de la Covid-19 dans notre pays s'explique par le fait que l’on trouve plus de femmes dans les catégories d’âges supérieures", explique l'épidémiologiste Brecht Devleesschauwer de Sciensano. "Plus de la moitié des décès de la Covid-19 dans notre pays ont plus de 85 ans. Dans cette tranche d'âge, il y a plus de femmes que d'hommes. Il est donc logique que plus de femmes soient décédées de la Covid-19". (59,8 % dans le groupe des plus de 85 ans).

Par contre, si l’on observe le groupe d'âge des 45-64 ans, on constate que beaucoup plus d'hommes sont morts du coronavirus dans cette tranche d'âge (65,3 %, ndlr)", poursuit Brecht Devleesschauwer. "Donc on ne peut pas affirmer que le coronavirus est plus mortel pour les femmes. Au contraire, une fois contaminés, les hommes courent un plus grand risque de mourir du virus que les femmes".
 

Plus de morts en Flandre qu’en Wallonie ? Quoique

Jusqu'à présent, la plupart des morts des suites de la Covid-19 ont eu lieu en Flandre (46,3 % ou 6 956), puis en Wallonie (39 % ou 5 857) et à Bruxelles (14,7 % ou 2 212). Mais si nous faisons une distinction entre la première et la deuxième vague de l'épidémie, nous obtenons une image différente. 

Lors de la première vague, qui a officiellement débuté le 10 mars et s'est terminée le 30 août, la Flandre a en effet enregistré le plus grand nombre de décès : 4 903, suivie de la Wallonie (3 455) et de Bruxelles (1 539). 

Mais lors de la deuxième vague, qui a débuté le 31 août, la Wallonie a jusqu'à présent enregistré le plus grand nombre de décès : 2 302, contre 1 983 en Flandre et 657 à Bruxelles. 

Pourtant, selon Brecht Devleesschouwer, tous ces chiffres sont quelque peu trompeurs. "La Flandre est la région qui compte le plus d'habitants. Il n'est donc pas surprenant qu'en chiffres absolus, le plus grand nombre de décès y ait eu lieu. Si l’on observe le nombre de décès pour 100 000 habitants, on obtient une image complètement différente. C'est donc la Flandre qui a enregistré le moins de décès sur l'ensemble de l'épidémie".

Et lors de la deuxième vague ?

Les chiffres cités par Devleesschauwer montrent que la plupart des décès de la deuxième vague sont survenus en Wallonie : 63 sur 100 000, puis à Bruxelles (54 sur 100 000) et enfin en Flandre (30 sur 100 000).
Lors de la première vague, la plupart des décès suite à la Covid-19 ont eu lieu à Bruxelles selon le même calcul : 126 sur 100 000, suivis par la Wallonie (95 sur 100 000) et la Flandre (74 sur 100 000).
 

Les plus consultés