AFP or licensors

Le Premier ministre De Croo déconseille aux Belges de partir au ski

Le Premier ministre, Alexander De Croo, a déconseillé ce vendredi aux Belges de partir aux sports d'hiver en fin d’année afin d'éviter de relancer l’épidémie de Covid-19. Le secteur comprend l’inquiétude du Premier ministre, mais souligne que le ski se pratique de façon sûre. "Le matériel utilisé oblige déjà de respecter un mètre et demi de distance", indiquait Christophe Coppens de Sneeuwsport Vlaanderen (Sport de neige en Flandre) à VRT NWS.

"Il ne faut pas être virologue pour savoir que les vacances comportent un grand risque" de contaminations, a souligné le chef du gouvernement fédéral devant la presse ce vendredi, en rappelant que c'est au retour du congé de Carnaval, fin février dernier, que les premiers cas de Covid-19 avaient été détectés en Belgique. 

Son message n'a pas non plus changé pour les fêtes de fin d'année et la perspective de retrouvailles familiales et amicales. Un dessin du caricaturiste flamand Lectrr illustrait la communication du gouvernement à la presse vendredi. Trois courbes représentent les vagues d'épidémie, la dernière d'entre elles ayant la forme d'un sapin de Noël. 

"La dernière chose que nous voulons, c'est une troisième vague à Noël. A ce moment-là, le virus sera toujours présent et très peu de gens seront vaccinés. Il faut donc être prudent. J'aimerais aussi pouvoir rencontrer plus de gens mais je passerai ces fêtes avec les gens qui vivent sous mon toit", a déclaré Alexander De Croo (photo). 

Un Comité de concertation, réunissant des représentants du gouvernement fédéral et des entités fédérées, se réunira vendredi prochain et donnera plus de clarté sur les mesures qui seront d'application dans les semaines à venir.

Les stations de ski seront-elles ouvertes ?

Le secteur des sports d’hiver affirme comprendre l’inquiétude du Premier ministre De Croo, mais souligne que le ski et le snowboard peuvent être pratiqués en toute sécurité sanitaire. "Rien que le matériel oblige à garder ses distances avec les autres", réagissait Peggy Lauwers à la VRT. "On porte des gants, un casque, une écharpe”. Mais Lauwers reconnait que l’épidémie a un effet considérable sur le secteur des voyages. "Les réservations pour les sports d’hiver se passaient bien jusqu’à l’arrivée du second confinement. Nous en sommes maintenant à 40% du nombre habituel de réservations". 

Christophe Coppens de Sneeuwsport Vlaanderen affirme ne pas vouloir minimiser le virus, "mais nous ne voyons pas pourquoi on ne pourrait pas voyager vers l’étranger en restant dans sa bulle et faire du sport en plein air. Les régions de ski feront tout pour que les distances soient respectées aux téléskis et l’horeca sera fermé presque partout. Ce n’est pas le moment de faire des activités après-ski, mais le sport lui-même ne présente pas de danger". 

Aktief Ski, un tour-opérateur qui propose des vacances de neige, souligne que les stations de ski sont très calmes actuellement. "Nous n’avons pas encore reçu d’informations sur la façon dont elles veulent aborder la situation", indique Adriaan De Ceuster. "Comment organiser les files d’attente aux téléskis, par exemple”. 

Dans beaucoup de stations la date d’ouverture ne semble pas encore avoir été fixée. De Ceuster estime que le temps commence à presser car la plupart des voyages doivent être payés un mois avant le départ. "Nous disons à nos clients qu’ils se verront rembourser leur argent si la station de ski qu’ils ont choisie n’ouvrait pas. Mais nous sommes actuellement un peu coincés".

AFP or licensors

Les plus consultés