De Croo: “La majeure partie des vaccins n’arrivera que fin 2021 en Belgique"

Invité ce dimanche midi sur le plateau de l’émission "De Zevende Dag" à la VRT, le Premier ministre (photo) a indiqué que les Belges ne pourront être vaccinés endéans le premier mois de l’arrivée du vaccin, étant donné que la plupart des nouveaux vaccins contre le coronavirus n’arriveront en Belgique qu’au deuxième ou troisième trimestre de l’an prochain. Les premières doses pourraient arriver à la fin de cette année déjà, "mais nous allons devoir rester prudents pendant encore une assez longue période", résumait Alexander De Croo. L’utilisation de millions de tests rapides de détection dès 2021 pourra éventuellement permettre de rendre davantage de choses à nouveau possibles, précisait aussi le Premier ministre.

Le bout du tunnel commence à être en vue, soulignait Alexander De Croo sur le plateau du Zevende Dag, ce dimanche midi. "Le système européen a en effet bien fonctionné : 25 millions de doses sont garanties pour notre pays. Nous avons actuellement demandé quatre vaccins via l’Union européenne”. Mais avant que les Belges puissent effectivement recevoir un vaccin il faudra certainement attendre encore plusieurs mois en 2021. 

"Lorsque les premières doses d’un vaccin corona arriveront fin décembre dans notre pays, cela ne veut pas dire que les premières personnes pourront être vaccinées endéans le mois. La majeure partie des vaccins arriveront au deuxième ou troisième trimestre de 2021. Ce qui veut dire que nous devrons rester prudents pendant une période encore relativement longue. Nous devons savoir que nous ne pourrons pas revenir de si vite à une vie normale", précisait Alexander De Croo. 

Qui pourra recevoir en premier un vaccin contre le corona ? La réponse est claire pour le Premier ministre. "D’abord les personnes qui travaillent dans le secteur des soins de santé, parce qu’elles sont exposées au virus et parce que nous avons besoin d’elles pour soigner d’autres personnes. Ensuite les citoyens de plus de 65 ans et les personnes fragilisées". De Croo ne retient pas l’option de vacciner d’abord les plus jeunes groupes de population, après le personnel des soins de santé.

"Des millions de tests rapides nécessaires pour permettre davantage de choses"

A côté d’une politique de vaccination, il faudra aussi continuer à effectuer beaucoup de tests pour contrer le coronavirus, précisait le Premier ministre dans De Zevende Dag (photo). "Les tests rapides peuvent donner une nouvelle dimension", estime Alexander De Croo. "Et nous allons avoir besoin de millions de tests rapides. Entre 2 et 4 millions par mois dans notre pays. Au moment où la propagation du virus aura suffisamment été réduite, l’utilisation large de tests rapides pourra nous permettre d’autoriser à nouveau davantage de choses". 

Aux Pays-Bas on discute actuellement fiévreusement sur la possibilité de permettre à la population l’accès à un endroit précis ou à un événement sur base du résultat d’un test rapide. Le Premier ministre De Croo ne veut pas envisager cette possibilité en Belgique. "Il faudra encore y réfléchir. Mais il est certain qu’il faudra bien enregistrer le résultat de chaque test corona. Nous devons obtenir et bien rassembler ces données. Sinon notre approche a peu d’utilité".

Et qu’en est-il de la période de fin d’année ?

Vendredi prochain, un Comité de concertation est à nouveau prévu. Il évaluera les mesures sanitaires préventives qui sont actuellement en vigueur. "Les chiffres évoluent dans la bonne direction, grâce à nous tous. Vendredi nous discuterons de certains points, comme d’une éventuelle réouverture des magasins non-essentiels et des musées", précisait Alexander De Croo. "Mais pour chaque décision nous nous posons la question : est-ce responsable de faire cela, au regard des chiffres corona ? Et si c’est le cas : à quelles conditions ?". 

La période de Noël sera cruciale pour éviter une troisième vague de contaminations au coronavirus, souligne le Premier ministre. "Personnellement, je vois deux phases : vaincre le virus avec des mesures strictes pour faire baisser drastiquement les chiffres, et gérer la situation pour que les chiffres restent bas. Vendredi, lors de la réunion du Comité de concertation, nous serons encore toujours dans la phase de confinement, et encore pour un certain temps". 

"Pendant la période de Noël, soit nous parviendrons à éviter une troisième vague, soit nous causerons cette troisième vague. Je veux l’éviter à tout prix. Et je suis parfaitement conscient que la situation actuelle est particulièrement difficile pour beaucoup de gens. Mais une troisième vague serait encore plus difficile", concluait Alexander De Croo.

Les plus consultés