Le gouverneur Decaluwé veut suspendre les tickets de train gratuits pendant les vacances

Le gouverneur de Flandre occidentale Carl Decaluwé souhaite suspendre les tickets de train gratuits délivrés par la SNCB, le temps des vacances d'hiver. C’est ce qu’il a déclaré ce lundi, au lendemain d’un week-end particulièrement fréquenté à Bruges et à Bruxelles. Les deux villes présentent en effet des illuminations de fin d’année qui attirent beaucoup de monde. Le gouverneur flamand estime qu'il y a un risque d'affluence trop important vers les destinations touristiques avec ces tickets de train gratuits. Quant au virologue Marc Van Ranst, il met en garde contre le shopping du dimanche.

Les illuminations de Noël ont attiré du monde le week-end passé dans les ruelles de Bruges et le centre de la capitale. Le bourgmestre brugeois Dirk De fauw a ainsi décidé de fermer dimanche soir le parcours lumineux Wintergloed, succès de foule la veille. 

Afin d'éviter que l'épisode ne se répète durant les vacances, Carl Decaluwé demande de suspendre temporairement l'utilisation du railpass gratuit de la SNCB "Hello Belgium", pensé comme un coup de pouce au secteur touristique belge en ces temps de coronavirus. 

"Il y avait déjà trop de monde en certains endroits. Si l'on y ajoute la réouverture des musées et des commerces non-essentiels" - décidée vendredi en Comité de concertation par le fédéral et les entités fédérées -, "je crains de nouveaux problèmes. On peut organiser un événement aussi bien que possible, si trop de personnes se retrouvent en même temps au même endroit, cela dérape", explique Carl Decaluwé (photo). 

Le gouverneur de Flandre occidentale demande en outre plus de clarté au ministère de l'Intérieur sur la définition d'un événement, dont l'organisation n'est actuellement pas autorisée.

Et le shopping du dimanche ?

Suite à l’affluence constatée ce week-end à Bruges et Bruxelles, les virologues mettent en garde contre la réouverture des commerces non-essentiels et les dimanches de shopping, qui risquent d’attirer beaucoup de monde et mettre en péril le respect des règles sanitaires. 

A Anvers, les magasins pourront ouvrir leurs portes ces prochains dimanches, comme d’habitude. Un “dimanche de shopping” doit en fait être considéré comme un événement et peut, si le flux de visiteurs n’est pas bien contrôlé, devenir dangereux, déclarait le virologue Marc Van Ranst à Radio 2 (VRT). 

"Pareil dimanche n’est pas différent d’un samedi, et permet d’étaler les visiteurs sur deux jours", répond le bourgmestre anversois Bart De Wever. "Tous les éléments événementiels ont été supprimés de longue date des dimanches de shopping". 

Marc Van Ranst appelle à introduire un système de contrôle de l’accès des visiteurs sur le grand axe commerçant d’Anvers, le Meir. Par exemple avec des barrières Nadar. "Il faut éviter que les gens puissent entrer de 101 manières sur le Meir. Si ce n’est pas possible, il faut que le bourgmestre annule le dimanche de shopping", estime le virologue. 

"Il n’est logistiquement pas possible de prévoir des accès au Meir, mais nous avons des senseurs, des caméras et un comptage via GSM qui nous permettent d’intervenir s’il y avait trop de monde", répond Bart De Wever (photo). "Anvers est d’ailleurs un centre touristique reconnu. Il n’y a pas que sur le Meir que des magasins sont ouverts le dimanche".

Les plus consultés