Ouverture du procès de Melikan Kucam et 9 autres suspects pour fraude aux visas humanitaires

Le procès de l'ancien conseiller communal malinois Melikan Kucam (N-VA) et de neuf autres personnes s'ouvre ce lundi devant le tribunal correctionnel d'Anvers. Les dix prévenus sont poursuivis pour trafic d'êtres humains, corruption passive et association de malfaiteurs dans une affaire de fraude aux visas humanitaires. Kucam aurait abusé de sa position en tant qu’intermédiaire pour le cabinet de l’ancien Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA), qui n’était pas au courant de l’affaire. Kucam (photo) aurait gagné des centaines de milliers d’euros via cette pratique.

L'enquête a démarré au mois de novembre 2019 et a mis en lumière, selon le ministère public, des irrégularités dans l'octroi de visas humanitaires à des chrétiens fuyant la guerre en Syrie. Grâce à ces documents, ces personnes ont pu se rendre en Belgique de manière sûre et légale pour y demander l'asile. Melikan Kucam, qui siégeait alors comme conseiller communal N-VA à Malines, dressait - en concertation avec le cabinet de Theo Francken (N-VA) en charge de l'Asile et de la Migration - des listes de personnes pouvant entrer en ligne de compte pour l'octroi d'un tel visa. 

Selon le ministère public, 219 personnes se sont ainsi vu accorder un visa humanitaire contre payement et 96 d'entre-elles ne sont pas restées en Belgique, ce qui est contraire aux conditions d'octroi du visa. L'ancien conseiller communal a passé neuf mois en prison avant de pouvoir continuer à purger sa détention préventive à domicile sous bracelet électronique. 

En mars de cette année, l'homme a été remis en liberté sous conditions, tandis que la chambre du conseil décidait au mois d'août de renvoyer l'intéressé ainsi que neuf autres personnes, dont son épouse et son fils, devant le tribunal correctionnel. 

Les dix prévenus qui doivent répondre dès ce lundi de trafic d'êtres humains, de corruption passive et d'association de malfaiteurs encourent jusqu'à 15 ans de prison et 150.000 euros d'amende par victime. Melkan Kucam a toujours nié les faits. Le procès se poursuivra le 2 décembre. Le tribunal devrait rendre son jugement dans un mois.

Les plus consultés