Signalez les routes glissantes aux services d’épandage via l’application de l’IRM

Alors que les épandages de sel préventifs ont débuté dans la nuit de dimanche à lundi, en raison de la baisse des températures nocturnes, l’Agence flamande des routes et de la circulation indique qu’il est maintenant possible de signaler soi-même aux services d’épandage une route glissante, afin qu’ils viennent y répandre du sel, si nécessaire. Pour cela, il suffit d’utiliser la nouvelle application de l’Institut royal météorologique (IRM).

Cette application permet aux utilisateurs de communiquer à l’IRM des indications météo constatées sur le terrain. "Nos météorologues les utilisent pour pouvoir évaluer, en temps réel, la situation, en complément des instruments classiques de mesure comme les stations météo, les radars et satellites", explique David Dehenauw de l’IRM. Ces données communiquées via l’app ont une plus-value pour les services d’épandage.

En effet, le signalement d’une route enneigée ou glissante est envoyé directement aux services d’épandage, qui se mettent alors en route si nécessaire pour aller répandre du sel. "Grâce à l’app de l’IRM, nous recevons l’aide de 6 millions de paires d’yeux supplémentaires pour juger l’état des routes", expliquait la ministre flamande à la Mobilité, Lydia Peeters (Open VLD), à VRT NWS. "Nos services savent ainsi en temps réel quels endroits ils doivent cibler avec leurs épandages".

Les coordinateurs de l’Agence flamande des routes et de la circulation ne se baseront néanmoins pas uniquement sur l’information communiquée via l’application de l’IRM. "Nous allons tout contrôler, pour éviter que des plaisantins nous envoient vers des routes qui ne sont pas glissantes. L’Agence a son propre système de mesure du gel, alimenté par diverses données. Les observations des citoyens seront surtout précieuses dans le cas de chute de neige ou de formation de gel subites".

La réserve de sel de l’Agence flamande des routes et de la circulation a une nouvelle fois été complétée pour atteindre son maximum. Elle peut ainsi commander jusqu’à 108.000 tonnes de sel chez ses fournisseurs. Une grande partie de cette réserve a déjà été répartie sur l’ensemble de la Flandre. L’Agence estime que cela suffit pour traverser l’hiver même dans l’éventualité de conditions hivernales extrêmes.

La Flandre répand en moyenne 41.500 tonnes de sel pendant la période hivernale. L’hiver dernier, quelque 11.648 tonnes de sel avaient été répandues en Flandre. Seul pendant l’hiver 2013-14 une quantité encore moindre (9.000 tonnes) de sel avait été nécessaire. La nuit dernière, ce sont 830 tonnes de sel qui ont été répandues préventivement en Flandre.

Et en Région bruxelloise ?

"De nouvelles infrastructures météo nous permettent de connaître avec beaucoup de précision les conditions exactes au sol, sur la voirie ou la sur piste cyclable. Pour traiter l'ensemble du réseau, Bruxelles Mobilité couvre plus de 800 kilomètres de voiries en trois heures et demi, via 17 grands circuits d'épandage. Il y a aussi 14 circuits supplémentaires pour le déneigement de pistes cyclables, à l'aide de machines de petit gabarit", a précisé Bruxelles Mobilité. 

Un épandage complet nécessite 85 tonnes de sel et actuellement près de 4.000 tonnes de sel sont disponibles dans les dépôts. "Nous travaillons aussi pour limiter l'impact environnemental des épandages. L'acheminement du sel est, par exemple, effectué par voie d'eau via le Port de Bruxelles, plutôt que par la route", a déclaré Elke Van den Brandt (photo), ministre bruxelloise de la Mobilité et des Travaux Publics. Bruxelles Mobilité a également investi dans une station de dilution de saumure afin d'ajuster la concentration en sel à la situation sur le terrain.

Les plus consultés