Une majorité d’aides-ménagères craignent d’être infectées au travail

Les personnes employées dans les titres-services sont très préoccupées par leur santé. Une enquête menée par le syndicat chrétien ACV Voeding en Diensten (pendant flamand de la CSC Alimentation et Services) auprès de 1.544 travailleurs de ce secteur démontre que 70% d'entre eux ont peur d'être infectés au travail. En outre, un client sur trois ne respecte (presque) jamais les mesures de sécurité. Mais les travailleurs n’ont souvent pas d’autre choix financier que de prendre le risque de poursuivre cette activité professionnelle.

La plupart des utilisateurs de titres-services travaillent à domicile en ce moment. Les aides-ménagères sont donc en contact avec différents clients au cours d'une semaine de travail. Lorsque le client se trouve dans la même pièce que l'aide-ménagère, il lui est demandé de porter un masque. Mais si l’on en croit l'étude menée par le syndicat chrétien ACV, 75% des aides-ménagères ont été confrontées à un ou plusieurs clients qui n'en portaient pas. 

De nombreuses professionnelles se rendent par ailleurs dans des maisons où l'un des membres de la famille est malade. Le syndicat chrétien préfèrerait que les employées des titres-services restent chez elles, mais souligne que nombre d'entre elles continuent à travailler afin de ne pas perdre trop de revenus. 

Pour créer une situation de travail plus sûre pour les aides-ménagères, "nous menons des consultations avec le secteur et le cabinet de la ministre flamande de l'Economie Hilde Crevits", a indiqué la présidente de l’ACV Voeding en Diensten, Pia Stalpaert. "Nous demandons par exemple que les travailleurs ne soient pas obligés d'effectuer des remplacements. La possibilité d'autoriser le chômage temporaire pendant une demi-journée serait une bonne solution, mais ce n'est pas possible pour l'instant."

Les plus consultés