Chargement lecteur vidéo ...

Flanders Classics prête à organiser ses courses sans public en 2021 aussi

Pas d'immenses tentes VIP, ni de foule le long du Vieux Quaremont le 4 avril 2021 à l'occasion du Tour des Flandres. Le 28 mars, il n'y aura pas non plus de public au Mont Kemmel pendant Gand-Wevelgem. Les spectateurs ne sont pas non plus les bienvenus lors de la classique d'ouverture, le circuit Het Nieuwsblad, le 27 février, ni pendant A Travers les Flandres (31 mars) ou encore la Flèche Brabançonne (14 avril). L'organisateur de ces classiques cyclistes flandriennes de printemps, Flanders Classics, part du principe que c'est la seule façon de pouvoir organiser une course à ces dates et cela malgré le fait que la vaccination contre le coronavirus SARS-CoV-2 pourrait avoir débuté d'ici là.

"Nous préparons déjà le Circuit Het Nieuwsblad du samedi 27 février 2021. Il n'y a qu'un seul scénario possible pour cela et c'est celui d'organiser la classique d'ouverture sans public. Surtout au vu de la situation actuelle dans laquelle nous nous trouvons avec le coronavirus", a commencé Tomas Van Den Spiegel, CEO de Flanders Classics. 

"Nous continuerons dans cette voie avec nos autres courses Gand-Wevelgem, A Travers les Flandres, le Tour des Flandres et la Flèche Brabançonne". D'ici là, il se peut qu'ils soient déjà en train de vacciner. Y a-t-il un plan B ? "Ce n'est pas pour aujourd'hui", a poursuivi Van Den Spiegel. "S'il y en a, nous pouvons adapter les protocoles. Si d'autres options nous sont proposées, nous anticiperons et nous nous adapterons en conséquence. Nous tiendrons compte de tous les scénarios possibles. Pour l'instant, c'est celui que nous connaissons depuis cette année, après mars : les courses sans spectateurs". 

C’est cependant un trou financier pour Flanders Classics et cela pour la deuxième année consécutive. "Nous devons rester optimistes", a déclaré l'ancien joueur international de basket. "Il y a de nombreux secteurs qui souffrent du coronavirus. Nous devons tous traverser cette épreuve ensemble et ne pas nous apitoyer sur notre sort. Espérons que c'est la toute dernière année que nous organisons sans spectateurs. Bien sûr, nous voulons voir des courses avec une foule de spectateurs, mais s'il n'y a pas d'autre moyen, nous devrons le faire sans eux".

Les plus consultés