Confinement : la police d’Anvers met un terme à 9 fêtes rassemblant au total 64 personnes

À Anvers, la police a mis un terme à 9 fêtes clandestines, la nuit dernière. Au total, 64 fêtards y ont été découverts. La police a été avertie à chaque fois en raison des nuisances sonores. Les personnes présentes risquent une peine de prison de 8 jours à 3 mois et une amende de 200 à 4 000 euros.

"Des personnes ont appelé la police parce qu'il y avait des nuisances sonores en plusieurs endroits", explique Wouter Bruyns de la police d'Anvers. "Nous nous sommes rendus à 9 adresses. Dans ces différents lieux, nous avons identifié au total 64 personnes. C'est beaucoup". 

Wouter Bruyns note que la plupart des personnes interpellées savaient très bien qu'elles violaient les règles. Cela s’est illustré par le fait qu'elles ont souvent pris la fuite lors de l’arrivée la police. "Des individus se sont cachés, souvent sur le toit, en espérant que la police n’irait pas vérifier là. Mais bien sûr, c’était sans compter le zèle de nos collègues. Ils ont été les chercher jusqu'à ce que tout le monde soit identifié". 

La police a établi un rapport officiel à chacune des 9 soirées. Un certain nombre de personnes ont été arrêtées administrativement, parce qu'elles ont résisté. Quelqu'un a également été arrêté parce qu'il avait déjà été interpellé à plusieurs fêtes clandestines auparavant. Les personnes interpellées risquent une peine de prison de 8 jours à 3 mois et une amende de 200 à 4 000 euros.

Une enquête menée par la VRT dans différents grands districts de police montre qu'il y a eu relativement peu de violations des règles de confinement ailleurs la nuit dernière.
 

Les plus consultés