Le Premier ministre demande aux hommes politiques de se comporter comme une équipe

Après plusieurs appels à un assouplissement des mesures lancés du côté francophone, le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) a appellé les hommes politiques à se comporter davantage comme une équipe. Le 18 décembre prochain, il y aura bien un nouveau Comité de concertation, mais pas d’assouplissement des mesures. "Si les chiffres du coronavirus vont toujours dans la bonne direction, ils ne semblent plus baisser suffisamment, le déclin ne suit pas le rythme rapide d'il y a quelques semaines" a ajouté le Premier ministre.

Interrogé sur la demande du ministre-président francophone Pierre-Yves Jeholet (MR) d'inscrire au Comité de concertation du 18 décembre une réévaluation des mesures concernant la bulle sociale durant les fêtes et la fermeture des salons de coiffure, Alexander De Croo a voulu mettre les points sur les i. "Même si les contaminations diminuent, la situation n'est pas encore suffisamment sûre", dit-il. "Je suis toujours prêt à consulter les chiffres, mais dans l'état actuel des choses, ce n'est qu'à la mi-janvier que nous serons dans la zone de sécurité", ajoute Alexander De Croo.

"J'espère que nous avons tiré les leçons du passé. Cette fois, la priorité doit vraiment être la santé des gens".

Ce matin encore, dans "De zondag", le président de la MR, Georges-Louis Bouchez, a appelé à regarder les chiffres en fonction d'un certain assouplissement, mais Alexander De Croo ne se laisse pas convaincre. "J'essaie de bien diriger le gouvernement. Pour moi, la chose la plus importante est ce que le gouvernement dit". En d'autres termes, Georges-Louis Bouchez semble hurler dans le désert. "Je vais me préoccuper de la santé des gens. Ce que les autres disent n'est pas si important pour moi".

"Toutes ces déclarations de politiciens brouillent le message du gouvernement. Si nous pensons que nous devons tous nous comporter comme une équipe de 11 millions de Belges, nous devrions avant tout pouvoir nous comporter comme une équipe de politiciens", ajoute le Premier ministre.

Il souligne, par ailleurs que les différents gouvernements du pays, les virologues et les experts sont tous sur la même longueur d'onde. "Ce sont les voix qui comptent".

Les plus consultés