"Lockdown parties" : les fêtards désormais assignés devant le juge, "le temps des amendes est révolu"

Les premières séances concernant les fêtes clandestines en période de confinement auront lieu la semaine prochaine au tribunal de police d’Anvers. "Le temps des sanctions administratives est révolu", prévient Kristof Aerts du parquet d’Anvers. "Les personnes qui se font attraper par la police dans ce genre de fête seront immédiatement verbalisées, et systématiquement assignées devant le juge", précise-t-il a micro de Radio 2 (VRT). Les contrevenants risquent jusqu’à 4.000 euros d’amende. 

"Après avoir reçu les procès-verbaux de la police, nous assignerons les personnes concernées devant le juge", explique Kristof Aerts. "Les premières séances auront lieu au tribunal de police la semaine prochaine lundi, mardi et mercredi", poursuit-il.

Lors de ces trois journées de séance, 122 personnes ayant participé à un total de 17 fêtes de confinement devront se présenter devant le juge. "Les sanctions qui peuvent être infligées dans le cadre de ces dossiers vont de 8 jours à 3 mois d’emprisonnement et de 208 à 4.000 euros d’amende. Les coûts judiciaires s’y ajoutent par ailleurs. Organiser une ‘lockdown party’ ou y participer a donc des conséquences très lourdes", avertit Kristof Aerts.

Le parquet espère que ces premières séances au tribunal de police auront un effet de mise en garde à l’arrivée des fêtes de fin d’année. "Peut-être que certaines personnes comprendront enfin qu’elles ne peuvent pas s’en sortir aussi facilement sans sanction durant cette période. C’est difficile pour tout le monde. Nous devons tous faire de notre mieux", conclut-il.

Ce week-end à Anvers, un nombre record de fêtes de confinement ont été interrompues par la police locale d'Anvers. Samedi soir, une soixantaine de personnes ont été interceptées par la police lors de neuf fêtes de ce type. Dimanche, un autre rassemblement de 42 personnes a été  interrompu dans une résidence du district de Deurne. Une partie des personnes présentes avaient tenté en vain de se cacher.

Les plus consultés