Copyright © 2020, Cavan Agency, licensed via EyeEm Mobile GmbH

L’inspection du travail va intensifier ses contrôles de l'obligation de télétravail

"L'inspection du travail va vérifier davantage le respect de l’obligation de télétravail", c'est ce que Geert De Poorter, le président du comité exécutif du SPF Emploi, a déclaré ce jeudi dans "De ochtend" sur Radio 1. "Le ministre du Travail Pierre-Yves Dermagne (PS) a demandé hier à l'inspection du travail de renforcer nos inspections", a-t-il déclaré. "Nous constatons par des paramètres indirects que les gens font moins de télétravail actuellement. Les embouteillages augmentent, le nombre de trajets augmente, donc c'est à nous, en tant qu'inspection du travail, de faire plus d'inspections et de mieux contrôler l’obligation de télétravail".

Le télétravail est à nouveau obligatoire depuis le 19 octobre. Toute personne qui se trouve sur son lieu de travail doit pouvoir présenter un certificat attestant qu'elle y est vraiment nécessaire. Et l'employeur doit être en mesure de motiver cette attestation. Toute personne qui peut travailler à domicile doit pouvoir le faire. Or, selon les données Telecom, les Belges se déplacent beaucoup plus qu’avant. 

Le ministre de l'Economie et du Travail Pierre-Yves Dermagne souhaite que l'on contrôle davantage le respect de l'obligation de télétravail pour toutes les fonctions qui s'y prêtent. Il a transmis une demande en ce sens aux services d'inspection du SPF Emploi. 

La stagnation des chiffres de contaminations au coronavirus inquiète en effet le ministre, qui indique qu'un relâchement de la règle du télétravail est clairement visible, entre autres dans la densité du trafic routier.

Cette semaine encore, le prestataire de services RH Attentia constatait que le télétravail semble en effet moins prisé que lors du premier confinement en avril, alors même qu'il est à nouveau obligatoire.

Le mois dernier, une inspectrice sociale du SPF Emploi précisait qu'il est toutefois compliqué de contrôler le respect de l'obligation de télétravailler pour les fonctions où cela est possible. Cela nécessite en effet que les inspecteurs comprennent chaque fonction et interprètent si elle peut être remplie depuis le domicile. 

Les services d'inspection ne se bornent cependant pas à contrôler cet élément: ils vérifient aussi sur place les mesures d'hygiène, la distance entre les postes de travail, etc. Tous contrôles confondus, 20.433 entreprises ont été visitées (chiffres arrêtés au 4 décembre), dont 9.477 étaient en infraction des règles "corona" et 112 ont été mises à l'arrêt. 

30 % des salariés travaillent à domicile

On estime qu'environ 1 million des 3,5 millions des salariés de notre pays travaillent désormais à domicile. Selon la ministre flamande du travail Hilde Crevits (CD&V), ce nombre pourrait être encore plus élevé. "Le dernier moniteur de télétravail dont nous disposons montre que la proportion de salariés qui font du télétravail a augmenté. En octobre, il était de 21 % et il est maintenant de 30 %. Mais beaucoup d'employeurs pensent encore que le télétravail ne peut pas être fait alors qu’il peut l’être".

Elle appelle donc les entreprises à utiliser les chèques délivrés par le gouvernement flamand. "Vous pouvez les utiliser pour obtenir des aides sur la manière de mettre en œuvre le télétravail dans votre entreprise de manière adéquate. Je constate que trop peu d'entreprises les utilisent".
 

Problèmes constatés dans le secteur du bâtiment, de l'hôtellerie et des services

Les chiffres de l'inspection du travail montrent que les entreprises où la plupart des infractions ont été constatées se situent dans le secteur du bâtiment, de l'hôtellerie et de la restauration et le secteur des services. Les personnes qui enfreignent les mesures peuvent recevoir un avertissement, mais des poursuites judiciaires peuvent également être engagées. Si la sécurité ne peut vraiment pas être garantie, l'entreprise sera temporairement mise à l’arrêt. Les employés qui ne se sentent pas en sécurité sur leur lieu de travail peuvent également le signaler à l'inspection du travail.

L'inspection du travail dispose d’environ 500 inspecteurs qui sont envoyés chaque jour sur le terrain. "Avec nos collègues des autres inspections, cela fait environ un millier de personnes qui effectuent des contrôles chaque jour et nous laissons souvent tomber les autres contrôles afin de pouvoir nous concentrer davantage sur les contrôles sanitaire", explique Geert De Poorter.
 

Les plus consultés