L’équipe de Jacques Borlée quitte la Ligue francophone d'athlétisme pour rejoindre la Ligue flamande

Les relations entre le clan Borlée et la Ligue belge francophone d'athlétisme (LBFA) sont visiblement arrivées à un point de non-retour. Vendredi, l’entraineur Jacques Borlée (photo, centre) a annoncé le passage de son équipe - composée de ses fils Kevin, Jonathan et Dylan, ainsi que de Camille Laus et Hanne Claes - vers la VAL, la Ligue flamande, quelques mois à peine avant les Jeux Olympiques de Tokyo. "Nous avons trouvé une solution pour pouvoir travailler dans un environnement positif au cours des deux prochaines années", a expliqué l'entraîneur en conférence de presse.

Jacques Borlée, accompagné du ministre flamand des Sports Ben Weyts, du coordinateur du sport de haut niveau à la VAL Rutger Smith, de son fils Jonathan et de Hanne Claes, a justifié ce changement pour "pouvoir continuer à s'entraîner dans les meilleures conditions et prester au plus haut niveau". 

"La Flandre accueille chaleureusement ces athlètes du top niveau", a déclaré Ben Weyts. "Sport Vlaanderen fournit le meilleur tremplin à ses athlètes pour qu'ils puissent aller le plus loin possible et nous offrir des moments de joie collective lors des grands championnats. Je suis convaincu qu'ils vont renforcer le niveau de l'athlétisme flamand." "C'est agréable de sentir l'enthousiasme de Sport Vlaanderen et de la VAL", a dit Jacques Borlée. "Nous nous réjouissons de travailler ensemble dans la paix et la sérénité en vue de ces grands championnats." 

Le son de cloche était identique du côté des trois frères Borlée, cités dans un communiqué de Sport Vlaanderen. "Nous travaillons continuellement à l'optimisation de notre approche de l'entraînement, de notre encadrement. Lors de nos entretiens avec la VAL et Sport Vlaanderen, nous avons approuvé leurs méthodes, qui placent l'athlète au centre. Grâce à leur soutien, nous espérons pouvoir continuer à nous produire au plus haut niveau en 2021 et 2022."

Il faudra apprendre le néerlandais

Pour parfaitement se fondre dans leur nouveau décor, les quatre athlètes francophones (les Borlée et Camille Laus) devront suivre un cursus de néerlandais, a précisé le communiqué de Sport Vlaanderen. Avec trois titres continentaux, les Belgian Tornados sont depuis longtemps une valeur sûre du sport belge. En 2019, le relais 4x400 mètres masculin a décroché sa première médaille mondiale en plein air, terminant 3e des Mondiaux de Doha.

Toujours au Qatar, le relais féminin - les Belgian Cheetahs - a pris la cinquième place de la finale, grâce notamment à Hanne Claes et Camille Laus. Jacques Borlée n'est évidemment pas un étranger à la VAL, lui qui encadre déjà Jonathan Sacoor, Tuur Bras et Elise Lasser. Pour la néerlandophone Hanne Claes, il s'agit d'un retour aux sources. "Je suis revenue habiter à Louvain, c'est donc une étape logique pour moi. Je serai à nouveau membre du Daring Club Leuven Atletiek, le club où j'ai fait mes débuts. La boucle est bouclée."

L'année 2021 s'annonce riche en objectifs avec les JO prévus à Tokyo du 23 juillet au 8 août. Après le report en 2023 des Mondiaux indoor de Nankin (Nanjing), il reste deux rendez-vous prévus en Pologne avant les Jeux : l'Euro indoor (5-7 mars à Torun) et les Mondiaux de relais (1-2 mai à Chorzow). La présence des relais belges à ces deux compétitions doit encore être confirmée.

Bolcina/Photo News

D'autres athlètes ont déjà changé de ligue

La Flandre a prévu un budget de 130 millions d'euros pour le sport de haut niveau durant cette législature. En outre, dix millions d'euros supplémentaires seront investis dans des infrastructures de haut niveau. "La Flandre veut investir davantage dans le sport de niveau", détaille Ben Weyts. "Nous offrons aux athlètes un soutien professionnel, un programme adapté et une infrastructure solide."

Les athlètes du clan Borlée ne sont pas les premiers à passer d'une fédération francophone à flamande, ou inversement. C'est un phénomène propre à la structure de l'État belge. En athlétisme, Koen Naert était ainsi passé de la VAL à la LBFA il y a quelques années. Le judoka Toma Nikiforov avait quitté la fédération francophone pour son pendant flamand fin 2018.

L'exemple le plus récent vient du taekwondo, où Jaouad (photo) et Badr Achab, Raheleh Asemani et Indra Craen ont rejoint fin septembre la fédération francophone en provenance de l'aile flamande. "Un peu de concurrence augmente les ambitions et, de ce point de vue là, c'est certainement une bonne chose", a confié Ben Weyts. "Cela ne signifie pas pour autant que nous chassons désormais en Belgique francophone. Le plus important est que les athlètes réalisent leurs performances dans les meilleures conditions possibles. Et dans le cas du Team Borlée, c'est au sein de Sport Vlaanderen."

A Sport Vlaanderen, les Borlée se retrouvent sur la liste d'élite, avec des athlètes de haut niveau qui ont un contrat de travail. En principe, cette situation est réexaminée chaque année, mais une exception sera probablement faite pour les Borlée. "Compte tenu de leurs performances passées et de leur vision de l'avenir" - les frères Borlée veulent continuer jusque 2022 -, "le contrat portera probablement sur plus d'un an", a confié Rutger Smith, coordinateur du sport de haut niveau à la VAL.

Les plus consultés