La secrétaire d’Etat Eva De Bleeker publie par erreur les prix des différents vaccins contre la Covid-19

La secrétaire d'Etat au Budget Eva De Bleeker (Open VLD) a admis jeudi soir à la Chambre avoir été trop transparente en publiant, sur Twitter, un tableau détaillant les prix des différents vaccins contre la Covid-19 pré-commandés par la Belgique. Elle affirme que son attitude ne mettra pas les contrats en péril. La Commission européenne a réaffirmé vendredi la nécessité de préserver la confidentialité sur les prix des vaccins contre la Covid-19, "dans l'intérêt de tous".

Lors du débat budgétaire qui a duré plus de 30 heures, de longs échanges ont eu lieu sur les moyens que le gouvernement a prévu pour l'achat des vaccins contre le coronavirus. La secrétaire d'État Eva De Bleeker a précisé que l'argent était bien provisionné.

Jeudi après-midi, pour étayer son propos, elle a publié sur Twitter un tableau détaillant les montants vaccin par vaccin... avant de le supprimer. Il y était indiqué les noms des fournisseurs, le nombre de doses ainsi que les prix (voir ci-dessus).

"33,5 millions de vaccins seront achetés cette année à 279 millions d'euros provenant de la provision corona 2020. Et 500 millions d'euros seront encore dispoinibles pour notamment des vaccins de la provision corona 2021" est-il écrit sur le Tweet de la secrétaire d'Etat.

Lors du débat budgétaire thématique sur la santé, Peter De Roover a demandé des explications au ministre Frank Vandenbroucke. Celui-ci a refusé de s'exprimer au nom de sa collègue, ajoutant qu'il n'avait pas l'habitude de communiquer en détail sur les contrats négociés avec la Commission européenne. Le cabinet De Bleeker rappelle jeudi soir à l'agence Belga que le débat sur les moyens budgétaires consacrés aux vaccins se poursuit sur les réseaux sociaux, malgré les précisions de la secrétaire d'Etat.

Rappelée dans la soirée par la N-VA pour se justifier, Mme De Bleeker a admis avoir été trop transparente, estimant toutefois que "rien n'est mis en péril" par cette communication. "J'étais en train de dormir quand on m'a rappelée après avoir passé ici 26 à 27 heures de débats. Comme la discussion se poursuivait, j'ai voulu trancher une bonne fois pour toutes, peut-être un peu trop."

La secrétaire d'Etat a retiré son tweet, en concertation avec le gouvernement. "Mon attitude ne mettra rien en péril. Ces vaccins viendront, l'argent est prévu. De la sorte, nous avions essayé de clarifier les choses afin qu'il n'y ait pas de panique sur le fait qu'il y a de l'argent ou pas", a-t-elle justifié précisant ne pas avoir la réponse sur les différences de prix affichés. "Ce n'est pas un tableau définitif officiel", a-t-elle encore précisé.

"C'est génial ! Remettez tout sur Twitter", a encouragé Raoul Hedebouw (PTB, opposition). "Pour nous, la réelle erreur, c'est d'avoir retiré ce message".

Rupture de contrat avec les firmes pharmacentiques ?

D'un point de vue juridique, c'est très clair : la Commission européenne a conclu avec les entreprises pharmaceutiques des contrats stipulant qu'aucune communication ne peut être faite sur le prix des vaccins contre le coronavirus. Techniquement, le secrétaire d'État De Bleeker a donc rompu ce contrat", a déclaré Walter Van Dyck, ce vendredi dans "De ochtend" sur Radio 1 (VRT). Walter Van Dyck fait des recherches sur le secteur pharmaceutique à la Vlerick Business School. "En théorie, les producteurs pourraient poursuivre notre pays en justice. Mais je ne pense pas qu'on en arrive là".

L'entreprise Pfizer a confirmé vendredi que la secrétaire d'État au Budget Eva De Bleeker (Open VLD) avait brisé la clause de confidentialité avec son tweet sur les prix des vaccins contre la Covid-19. "Ces prix des vaccins sont confidentiels", a noté l'entreprise pharmaceutique.

Pour la Commission européenne, "les prix des vaccins sont confidentiels, dans l'intérêt de tous"

La Commission européenne a réaffirmé vendredi la nécessité de préserver la confidentialité sur les prix des vaccins contre la Covid-19, "dans l'intérêt de tous", quelques heures après la divulgation par la secrétaire d'État belge Eva De Bleeker d'un tableau chiffré.

Cette confidentialité est contractuelle et "il y a de bonnes raisons à cela", a indiqué un porte-parole de la Commission.

"C'est dans l'intérêt des entreprises concernées, mais aussi de la Commission, des États membres et des citoyens. Car si cette information devait être publiée, cela affaiblirait notre position dans d'autres négociations, toujours en cours", a-t-il justifié.

La Commission dit comprendre la demande de transparence sur les contrats de pré-achats de vaccins, mais elle souligne que de tels contrats ne se feraient tout simplement pas sans clause de confidentialité. "Ces clauses garantissent justement que les vaccins seront livrés".

Cette gaffe a permis à Mme De Bleeker d'apparaître dans la presse américaine. Le New York Times en a déduit que l'UE payait 12 euros par dose du vaccin BioNTech-Pfizer alors que le prix officiel est de 15,9 euros (19,5 dollars). Moderna facturerait la dose à l'UE 18 dollars (14,7 euros), alors qu'elle avait annoncé tabler sur une fourchette allant de 25 à 37 dollars (20,4 à 30,2 euros). Le vice-Premier ministre Open VLD Vincent Van Quickenborne a volé au secours de Mme De Bleeker, en relevant sur Twitter que ces prix étaient donc inférieurs à ceux qui avaient circulé dans les médias ces derniers mois. "Donc: pourquoi tout ce bruit? ", a-t-il relativisé.

Les plus consultés