Utrecht Robin/ABACA

L'Agence européenne des médicaments donne son feu vert au vaccin Pfizer/BioNTech

L'Agence européenne des médicaments a donné lundi son feu vert au vaccin contre le Covid-19 développé par les firmes BioNTech et Pfizer. Les essais cliniques du vaccin, qui est notamment produit en région anversoise, à Puurs, ont montré une efficacité à 95% .La Commission européenne pourrait donner son accord à une mise sur le marché conditionnelle dès ce lundi soir, a annoncé dans la foulée sa présidente Ursula von der Leyen.

"C'est une étape importante dans notre lutte contre le coronavirus", a commenté le directeur exécutif de l'Agence (EMA, selon son acronyme anglais) Emer Cooke, lors d'une conférence de presse à Amsterdam.

La firme allemande BioNTech et sa partenaire américaine Pfizer avaient introduit le 1er décembre une demande d'autorisation de mise sur le marché auprès de l'EMA. Les essais cliniques du vaccin, qui est notamment produit en région anversoise, à Puurs, ont montré une efficacité à 95% contre le Covid-19. 

Prochaine ouverture au marché européen

Le feu vert de l'EMA ouvre la porte à l'approbation du premier vaccin anti-Covid sur le marché européen. Après consultation des Etats membres, la Commission européenne envisageait de donner dans les deux jours son autorisation conditionnelle de mise sur le marché.

Ce délai déjà exceptionnellement court pourrait l'être plus encore. Dans la foulée de l'annonce de l'EMA, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen a en effet annoncé que cette décision pourrait déjà intervenir ce lundi soir.

"15,5 euros la dose"

D’après un document interne de l'UE daté du 18 novembre et cité par l'agence de presse Reuters, l'Union européenne paiera 15,5 euros par dose du vaccin de Pfizer-BioNTech, soit un peu plus que le prix dévoilé la semaine dernière par la secrétaire d'État belge au Budget, Eva De Bleeker (Open VLD). 

Comme celui des candidats-vaccins d'autres firmes, ce prix devait normalement rester confidentiel pour éviter d'affaiblir la position de négociation des différentes parties, que ce soit la firme productrice ou l'Union européenne qui tente d'obtenir le meilleur prix au bénéfice de la population. Mais le dévoilement jeudi après-midi sur Twitter, par Mme De Bleeker, d'un tableau chiffré avec les prix des différents vaccins payés par la Belgique, en marge d'un débat budgétaire à la Chambre, a ruiné cette confidentialité, au grand dam du secteur pharmaceutique et des instances européennes.

La secrétaire d'État avait rapidement retiré son tweet et reconnu avoir été trop loin dans la transparence, tout en assurant n'avoir rien mis en péril et en prévenant que ces chiffres n'étaient ni complets ni officiels. La dose de vaccin Pfizer/BioNTech s'y affichait à 12 euros.

D'autres vaccins présentaient aussi un prix inférieur à celui attendu. "Il y a toujours un prix total et un prix à la livraison", a expliqué à Reuters un responsable européen impliqué dans les discussions avec les fabricants de vaccins.

 

Les plus consultés