Les gynécologues s’attendent à un baby-boom en 2021

La crise sanitaire due au coronavirus devrait entrainer une relative explosion du nombre de naissances l’année prochaine. En cause, notamment, les deux périodes de confinement qui ont maintenu davantage de partenaires à la maison, si l’on en croit notamment les témoignages de futurs parents. C’est ce qu’a indiqué le gynécologue Johan Van Wiemeersch - porte-parole de l’Association flamande des gynécologues - lundi à VRT NWS. "A l’hôpital anversois Saint-Augustin, nous nous attendons à avoir jusqu’à 500 naissances supplémentaires en 2021".

La maternité de l’hôpital Saint-Augustin à Wilrijk (un district de la ville d’Anvers) est l’une des plus grandes de Belgique avec une moyenne de 3.500 naissances par an. Mais en 2021 on y attend près de 4.000 naissances, indiquait à la VRT le gynécologue Johan Van Wiemeersch. "Nous avons réagi avec réserve aux premières annonces d’une possible flambée des naissances l’an prochain, mais maintenant le nombre de dossiers médicaux montre clairement qu’on peut parler de grossesses corona qui donneront lieu à des naissances corona ces prochains mois".

L’hôpital anversois se prépare donc à un baby-boom. "Nous avons eu une réunion de crise, dans le sens positif du terme", souriait Van Wiemeersch. "Nous allons devoir engager davantage de collaborateurs, comme des sages-femmes et des infirmières. Mais nous songeons aussi à limiter la durée du séjour des jeunes mamans à la maternité, en fonction de l’affluence".

Le gynécologue suppose que l’explosion des naissances aura lieu dans tout le pays. "Je ne pense pas que ce soit un phénomène exclusivement anversois, bien que nous n’ayons pas tous les chiffres. Ils ne seront disponibles qu’en début d’année prochaine".

2021 deviendra alors peut-être la première année depuis 2011 où le nombre de naissances a augmenté. Les chiffres de 2020 ne sont pas encore complets, mais l’organisation Kind en Gezin estime qu’il y aura 1,5% de naissances en moins par rapport à 2019. Cette année-là, il y avait eu 64.698 naissances de mères vivant en Flandre.

Le docteur Van Wiemeersch souligne qu’une crise n’entraine pas automatiquement un nombre plus élevé de naissances. "Récemment, nous avons eu une crise économique et des attentats terroristes, qui n’ont pas mené à une flambée des naissances. La crise du coronavirus a par contre bien eu cet effet-là. Nous voyons un nombre vraiment accru de gros ventres chez les gynécologues".

Les plus consultés