foto: Pixabay

Le Marché noir de Tessenderlo a vécu

Le Marché noir de Tessenderlo, en province du Limbourg, ferme boutique après 37 ans d'activité, a indiqué sa direction mardi soir sur Facebook. Le marché aux puces du dimanche très prisé, qui mettait régulièrement en scène des musiciens flamands, baisse le rideau en raison de l'incertitude liée à son éventuelle réouverture, en pleine crise de coronavirus.

Les mesures sanitaires en vigueur pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus ont poussé le grand marché couvert à fermer ses portes le 13 mars. Ainsi, le Marché noir qui accueillait en moyenne 15.000 visiteurs par semaine n'aura été ouvert que quelques dimanches en 2020. 

"Le Marché noir étant considéré comme un évènement, nous n'avons pas été autorisés à rouvrir en juin de cette année", précise la direction sur les réseaux sociaux. "Nous avons, il y a trois semaines, appris que le Marché noir pouvait rouvrir ses portes sous réserve de conditions strictes. Des conditions que nous comprenons indéniablement, mais en raison du nombre limité de visiteurs que nous recevons encore, ce serait insupportable pour les commerçants". 

Les incertitudes liées à la date de réouverture du marché aux puces de Tessenderlo ont poussé la direction à s'interroger sur l'impact de la crise sanitaire sur le tourisme et les rassemblements de masse. "Nous avons donc, à notre grand regret, décidé de ne pas rouvrir le Marché noir."

37 ans d’existence

Le Marché noir avait ouvert ses portes au début des années 1980 dans l’ancienne usine Philips où étaient fabriquées les radios pour voitures. L’organisateur avait racheté les lieux et lancé un grand marché d’articles de seconde-main, avec un prix d’entrée modéré, un parking gratuit et un programme de divertissement offert. Des artistes flamands s’y produisaient régulièrement. L’organisateur avait même investi dans de la publicité. 

Aux jours de grande affluence, le Marché noir accueillait 1.300 stands, répartis en trois halls d’exposition sur une superficie totale de plus de 20.000 mètres carrés. Il s’agissait du plus grand marché couvert du Benelux, qui accueillait chaque dimanche une moyenne de 15.000 visiteurs belges et étrangers. La formule a eu du succès pendant 37 ans. 

"Le déclin a commencé avec les attentats à Bruxelles", expliquait Myriam Joris à VRT NWS. "On a remarqué que les gens avaient peur de grands rassemblements. Mais la situation s’est améliorée, jusqu’à l’apparition du coronavirus". Pour le conseil d’administration, la décision de fermer est très douloureuse. "Nous n’avions pas l’intention de le faire, mais nous n’avions plus le choix", concluait Joris.

Les plus consultés