La KU Leuven inflige de nouvelles sanctions aux étudiants membres du cercle Reuzegom

Sept membres de l'ancien cercle d'étudiants Reuzegom écopent de nouvelles sanctions de la part de l’université KU Leuven pour leur implication dans la mort de Sanda Dia, décédé en 2018 lors d’un baptême atroce. C'est ce qu'écrit ce lundi le quotidien De Morgen. Ils avaient déjà reçu une peine assez légère, mais après une nouvelle enquête, l'université leur impose d'autres sanctions.

L'université refuse de préciser la nature de ces nouvelles sanctions. Les sept étudiants, anciens membres du cercle anversois Reuzegom -qui étudient toujours à la KU Leuven-, ont fait appel de cette nouvelle sanction, et la procédure n'est donc pas encore terminée. Mais ils écoperont probablement de peines plus lourdes que le travail d'intérêt général et le document qu'ils avaient dû rédiger la première fois. "Après examen du dossier pénal (...) il a été établi que le dossier contenait plusieurs éléments que l'université ignorait", peut-on lire dans un communiqué de presse. 

Selon la KU Leuven, il existe cinq sanctions possibles à l'encontre des étudiants qui ne respectent pas le règlement : un avertissement, l’interdiction de suivre les cours, la suspension provisoire, le refus d'inscription et l'exclusion définitive.

La nouvelle procédure a débuté en septembre, après que les premières sanctions aient été critiquées. À l'époque, la KU Leuven avait demandé de pouvoir consulter le dossier et a finalement obtenu d’en avoir l’accès. En prévision des nouvelles sanctions, les anciens membres de Reuzegom se sont vus interdire l'accès aux bâtiments de l'université et de suivre des cours à distance auxquels ils devaient pourtant participer activement. Cette mesure a duré jusqu'aux vacances de Noël.

Outre l'enquête disciplinaire de la KULeuven, une enquête judiciaire est également en cours sur la mort de l’étudiant Sanda Dia. Ce dernier est décédé en décembre 2018 lors d'un baptême du cercle Reuzegom, au cours duquel il avait dû boire de grandes quantités d'alcool et d'huile de poisson et rester pendant de longues heures dans un puits glacé. 

Le parquet a l’intention de poursuivre 18 membres de l’ancien cercle d’étudiant, aujourd'hui dissous, pour homicide involontaire, administration délibérée de substances nocives ayant entraîné la mort, traitement dégradant et négligence coupable. Une décision n'a pas encore été prise, car certains étudiants ont demandé des investigations supplémentaires.
 

Les plus consultés