Nicolas Maeterlinck

La campagne de vaccination belge débute réellement ce mardi

Après une semaine de test, la Belgique entame ce mardi la campagne de vaccination à grande échelle contre le coronavirus. Environ 87.000 doses du vaccin Pfizer/BioNTech fabriqué à Puurs seront fournies chaque semaine. Dans une première phase qui doit normalement durer trois semaines, elles seront administrées au personnel et aux résidents les plus fragiles des maisons de repos et de soins, sur base volontaire. Le ministre de la Santé a cependant annoncé ce mardi que les vaccinations vont progressivement être accélérées.

En Belgique, la campagne de vaccination contre le Covid-19 a symboliquement débuté la semaine dernière dans trois maisons de repos (et de soins) à Mons, Bruxelles et Puurs-Saint-Amand, avant un deuxième essai pilote dans quatre établissements du Brabant flamand (à Rotselaar, Binkom, Wezembeek-Oppem et Louvain). Quelque 700 personnes ont été vaccinées lors de cette phase-test, ont précisé les experts de la task force pour l'opérationnalisation de la stratégie de vaccination. 

Cette première phase "s'est bien déroulée", selon le premier bilan. Ce mardi, la campagne de vaccination à grande échelle débute avec la livraison des doses du vaccin Pfizer/BioNTech. Elles sont rassemblées dans des centres de stockage hospitaliers qui doivent les redistribuer vers les maisons de repos et de soins pour la vaccination. Une procédure très stricte est mise en place pour respecter la chaîne du froid (vidéo). 

Cette phase, qui concerne 150.000 à 200.000 personnes dans les trois Régions du pays, doit se terminer normalement fin janvier ou début février dans les maisons de repos, précise le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke. 

Aucune date n'a encore été communiquée pour le début de la phase suivante, qui concernera les hôpitaux et les professionnels de la santé, mais la suite de la campagne s'étirera probablement sur toute l'année 2021. Le processus pourra être accéléré en cas d'autorisation d'autres vaccins. La Commission corona du gouvernement espère qu'environ quatre millions de Belges seront vaccinés d'ici les mois d'été.

Chargement lecteur vidéo ...

Accélération prochaine des vaccinations

Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (photo), a annoncé ce mardi en commission de la Chambre que la task-force en charge de la vaccination proposera un plan ajusté de manière à accélérer la vaccination contre le Covid-19 dès la semaine prochaine.

Le ministre Vandenbroucke et le Premier ministre Alexander De Croo ont adressé cette demande à la task-force. Une conférence interministérielle de la Santé se tiendra mercredi matin - la campagne de vaccination implique en effet les Régions - et jeudi la task-force se réunira en vue d'ajuster son "plan d'attaque". Vendredi, ce plan sera présenté devant la commission de la Santé de la Chambre.

Après un "démarrage prudent", la campagne doit s'accélérer, a reconnu Frank Vandenbroucke pour qui aucun des vaccins actuellement disponibles ne peut rester inutilisé. Des critiques se font en effet entendre depuis quelques jours sur l'organisation de la campagne. Selon plusieurs députés de l'opposition, la Belgique a pris du retard si on la compare à d'autres pays européens, en particulier l'Allemagne.

"Pas de privilèges pour les personnes qui sont vaccinées"

L’Institut de santé publique Sciensano avait lancé une enquête en décembre pour savoir ce que les Belges pensent de la campagne de vaccination contre le coronavirus. Un panel de 103 personnes, aussi représentatif que possible, avait été constitué et s’était entretenu avec un expert, en présence d’un modérateur. 

La plupart des participants avaient des questions par rapport à la rapidité de développement des nouveaux vaccins et des incertitudes scientifiques qui subsistent. Ils jugent très important que les autorités communiquent clairement et en toute transparence sur les avantages et désavantages de la vaccination, afin que la campagne soit un succès. 

La plupart des participants estiment que le vaccin doit rester un choix individuel et ne pas être obligatoire. Certains trouvent que le fait d’être vacciné de doit pas donner accès des privilèges, alors que d’autres jugent que dans certains cas le fait d’être vacciné devrait pouvoir donner lieu à des exceptions, comme par exemple la possibilité de voyager ou d’assister à des événements de masse.

Le virologue Steven Van Gucht souligne que la vaccination restera gratuite en Belgique et déterminée par un choix personnel. Aucun privilège spécifique ne sera lié à une vaccination. Les mesures de prévention seront basées sur l’évolution des chiffres de contaminations et d’hospitalisations. "Plus élevé sera le nombre de personnes qui se font vacciner, plus il sera facile de freiner le virus et de réduire le nombre d’hospitalisations. Cela créera de nouvelles perspectives pour l’ensemble de la population".

Les plus consultés