Franck Vandenbroucke veut un nouveau système pour détecter plus vite les variants du coronavirus

Le ministre fédéral de la santé Frank Vandenbroucke (SP.A) souhaite augmenter le nombre de tests pour détecter le coronavirus. Moins de personnes se sont faits tester en raison des vacances de Noël. Il veut également mettre en place un système pour intercepter les échantillons de voyageurs potentiellement infectés par un variant. 

Le nombre moyen d'infections par jour augmente depuis deux jours consécutifs. Aujourd'hui de 11 %, jusqu'à 1 777 infections. Mais récemment, d'autres tests sont à nouveau effectués. En moyenne, 33 400 tests sont désormais effectués par jour (soit une augmentation de 27 %).

Mais on peut faire mieux, estime le ministre Vandenbroucke : "Nous testons trop peu, nous devons tester plus", déclare Franck Vandenbroucke sur le plateau de De Zevende Dag. "Êtes-vous un peu malade ou suspectez-vous d’avoir le covid-19 ? Faites-vous tester !"

Le ministre de la santé a également demandé à Herman Goossens (microbiologiste à l’université d’Anvers), Karine Moykens (responsable du Comité interfédéral de testing et de tracing) et Frank Robben (développeur de l'application coronavirus) de se réunir pour discuter d'un nouveau système.

L’objectif serait d’assurer un suivi supplémentaire des voyageurs revenant en Belgique et dont le test montre un variant du virus.

"Une vie normale en vue, mais pas encore en juin"

En début de semaine, le ministre socialiste a expliqué que le "royaume de la liberté" était "en vue". L'infectiologue Erika Vlieghe a immédiatement tempéré. Pour elle, les vaccins ne signifient pas une liberté immédiate.

Vandenbroucke ne retire pour autant pas sa déclaration. "Je suis d'accord à 100 % avec Erika. Nous pourrons certainement commencer à vacciner les personnes qui n'appartiennent pas aux groupes vulnérables, les jeunes dès l'âge de 18 ans, avant l'été. Alors la liberté ou la vie normale est en vue, mais pas encore en juin. Cela devrait nous motiver à continuer de respecter toutes ces mesures difficiles dans les mois à venir. Si vous faites une randonnée en montagne par mauvais temps et que vous voyez le refuge, vous persévérez."

Un nouveau comité de concertation est prévu le 22 janvier. Franck Vandenbroucke ajoute : "Si nous pouvions assouplir les mesures, alors les coiffeurs figurent parmi le premier groupe, mais tout dépend de l’évolution du coronavirus lors des deux prochaines semaines."

Les plus consultés