Depuis le printemps, au moins 60% de cyclistes en plus sillonnent Bruxelles

Le nombre de cyclistes dans la capitale a augmenté de 64% durant l'année 2020. C’est nettement plus que la hausse moyenne annuelle de 13% enregistrée auparavant. En cause, la météo clémente mais aussi surtout la crise sanitaire, qui a poussé les citoyens à éviter les transports en commun. La ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen), veut développer encore le succès actuel des deux roues.

En mai et juin, le nombre de cyclistes enregistré par les compteurs vélo à Bruxelles a doublé. La tendance à la hausse s'est poursuivie après l'été, souligne Bruxelles Mobilité. En octobre et novembre, la hausse atteignait respectivement 60% et 69%. Sur toute l'année, 64% de cyclistes en plus ont été recensés, contre une augmentation de 13% sur l'année précédente. 

La ministre bruxelloise de la Mobilité attribue l'engouement pour le vélo à la crise sanitaire, au télétravail qui a surtout favorisé les déplacements à courte distance ("deux tiers des déplacements ne dépassent pas 5 km"), mais aussi à la rapide installation de nouveaux aménagements pour les cyclistes. Comme 40 kilomètres de pistes cyclables supplémentaires installées dans la Région capitale l’an dernier. 

Le trafic automobile n'a pas encore retrouvé son niveau d'avant la crise en ce début de 2021. Sur toute l'année, une baisse d'environ 20% de déplacements en voiture a été notée. La société bruxelloise de transports en commun Stib, quant à elle, transporte actuellement environ 60% du nombre habituel de voyageurs.

La sécurité avant tout

La ministre Van den Brandt (photo) souligne que le but n’est pas atteint, étant donné que beaucoup de Bruxellois hésitent encore à rouler à vélo en raison du manque d’infrastructures et d’un sentiment d’insécurité en tant qu’utilisateur faible sur la route. "Comparé à d’autres villes de la même grandeur, qui ont un climat et un relief semblables, Bruxelles est à la traine. Seuls 6% de ses habitants roulent à vélo. Le but de ce gouvernement est de faire doubler ce pourcentage". 

"Dans un premier temps, nous devons nous concentrer sur la sécurité, mais aussi sur la prévention contre les vols et sur l’apprentissage à rouler à vélo. Nous allons donc rendre plus permanentes les pistes cyclables temporaires et promouvoir davantage le vélo", concluait Elke Van den Brandt.

Les plus consultés