Les communes peuvent vérifier par téléphone la quarantaine de leurs habitants rentrés de l’étranger

L’Union des villes et communes et l’Agence flamande pour les soins et la santé confirment ce mardi soir que les administrations communales recevront effectivement une liste comprenant les numéros de téléphone des habitants qui sont rentrés d’un voyage de plus de 48 heures dans une zone rouge et qui doivent donc effectuer une quarantaine. Cela permettra aux administrations concernées de vérifier par téléphone que ces citoyens observent bien cette quarantaine.

Depuis ce mardi, les villes et communes sont en effet autorisées à contrôler elles-mêmes si leurs habitants qui sont rentrés d’un séjour en zone rouge observent bien la quarantaine qui leur est imposée. La ville de Gand (Flandre orientale) voulait leur téléphoner, mais le bourgmestre Mathias De Clercq (Open VLD) avait déclaré que son administration ne pouvait obtenir la liste des numéros de téléphone pour des raisons de respect de la vie privée.

Les villes de Bruges et Ostende (Flandre occidentale) avaient émis les mêmes critiques ce mardi. Mais l’Union des villes et communes de Flandre et l’Agence flamande pour les soins et la santé démentent à l’unisson. 

Elles soulignent cependant que les communes doivent d’abord approuver un protocole sur la façon de procéder à ces contrôles. Et cela n’avait apparemment pas encore été fait dans les villes de Gand, Bruges et Ostende.

PRE

Etterbeek veut un outil pour contrôler la quarantaine

Vincent De Wolf, bourgmestre de la commune bruxelloise d’Etterbeek, déplorait ce mardi que la plateforme sécurisée pour connaître la liste des personnes qui doivent respecter les mesures de quarantaine soit accessible par les autorités locales en Flandre et en Wallonie, mais pas à Bruxelles-Capitale, alors que la Région connaît la plus importante hausse de contaminations en raison des retours de vacances. 

Etterbeek est la commune bruxelloise avec la plus forte incidence en 14 jours, avec 303 nouveaux cas pour 100.000 habitants. Vincent De Wolf déplore que le Service de l'inspection de l'hygiène ne fournisse toujours pas d'informations précises sur les personnes devant respecter la quarantaine en Région bruxelloise. 

Il précise que les bourgmestres ont reçu lundi une invitation à se réunir jeudi avec les autorités régionales, mais que rien ne permet de garantir qu'un outil efficace leur sera proposé pour identifier les personnes réfractaires à l'isolement obligatoire. Il appelle la Région à agir plus rapidement.

Les plus consultés