AFP or licensors

Le vaccin Moderna administré dès lundi dans quatre hôpitaux du pays

Quatre hôpitaux administreront dès lundi les premières doses du vaccin Moderna reçues en Belgique, indique ce mercredi le cabinet du ministre de la Santé publique, Frank Vandenbroucke. A Bruxelles, c'est le site d'Ixelles des hôpitaux Iris Sud qui ouvrira le bal, confirme le réseau hospitalier. Les trois autres hôpitaux concernés se répartissent entre la Wallonie, la Flandre (à Anvers) et le territoire de la Communauté germanophone. 

Quant à l'UZ Gent, il débutera la semaine prochaine également l'étude de la phase 3 du candidat-vaccin de Johnson&Johnson.

L'hôpital d'Etterbeek-Ixelles dispose de 800 doses, de quoi commencer à vacciner son personnel soignant qui compte environ 2.500 personnes, expliquait ce mercredi le médecin-chef des hôpitaux Iris sud, Philippe Peetrons, à la revue médicale Le Spécialiste. 

Les membres du personnel en contact avec des patients potentiellement porteurs du Covid-19 seront les premiers à se faire vacciner, sur base volontaire, poursuit-il. Le vaccin Moderna a été autorisé par l'agence européenne des médicaments la semaine dernière. 

En Flandre, c'est au Ziekenhuis Netwerk Antwerpen (ZNA) que sera administré en premier le vaccin Moderna. 

En Belgique, 8.000 doses ont été livrées cette semaine, 13.000 le seront la semaine prochaine, 31.000 la semaine du 1er février et 94.000 la semaine du 15 février. Le vaccin de la société américaine doit s'injecter en deux fois, à plusieurs semaines d'intervalle. Comme c’est le cas pour le vaccin Pfizer-BioNTech, qui a été utilisé dès le début de la campagne belge de vaccination.

L'UZ Gent débute l'étude de phase 3 sur le vaccin Johnson & Johnson

Le 21 janvier, le Centre de vaccinologie (CEVAC) de l'UZ Gent débutera l'étude de la phase 3 du candidat-vaccin contre le coronavirus de Johnson&Johnson, a indiqué ce mercredi l'hôpital gantois. Ce vaccin n'utilise pas la technologie ARN comme les vaccins approuvés de Pfizer et Moderna. 

Un certain nombre d'études de phase 3 seront menées à Gand pour tester l'efficacité scientifique du vaccin. Une étude sur le candidat-vaccin de Curevac est déjà en cours et une nouvelle étude suivra la semaine prochaine sur le vaccin de Johnson&Johnson. 

"Pour la vaccination de l'ensemble de la population mondiale, plusieurs vaccins sont nécessaires", a expliqué Isabel Leroux-Roels, chef de service. "Le passage à cet essai de phase 3 est une bonne nouvelle pour le développement ultérieur et l'approbation éventuelle d'un vaccin supplémentaire contre le Covid-19".

Le vaccin de Johnson&Johnson est un vaccin à vecteur. Sur base d'un virus du rhume, il introduit dans le corps l'ADN de la protéine S du coronavirus. Le corps produit ainsi des anti-corps contre la protéine S pour le protéger contre le virus.

"Ce vaccin ne peut causer aucune maladie. Ce type de vaccin a déjà été développé et approuvé dans la lutte contre ebola", expliquent les chercheurs.
Les participants recevront deux vaccins avec un intervalle de huit semaines. Ils ont 50% de chances de recevoir deux doses du vaccin actif contre le Covid-19 et 50% de chances de recevoir un placebo.

L'étude sur ce vaccin se déroule dans plusieurs centres dans le monde. Au total, Johnson&Johnson recherche 30.000 participants. En Belgique, 3.000 personnes y prendront part, dont 350 à l'UZ Gent. Il s'agit de gens âgés de 18 ans, en bonne santé et qui n'ont pas été contaminés par le coronavirus.

Nicolas Maeterlinck

Les plus consultés