PRE

Les experts du GEMS conseillent au gouvernement de limiter les voyages non-essentiels

Pour maîtriser le risque pandémique actuel, il est préférable d'agir sur les voyages non-essentiels, estime le biostatisticien Geert Molenberghs (KU Leuven/UHasselt) au lendemain de la réunion du GEMS de vendredi soir. Dans leur nouveau rapport aux autorités du pays, le Groupe d’experts de stratégie de crise pour le Covid-19 estime qu’il faut décourager davantage les voyages non-essentiels et considérer un nombre encore plus restreint de voyages comme essentiels.

"Des experts ont préoccupés, mais on ne peut certainement pas parler de panique", précise le biostatisticien Geert Molenberghs (photo). Le nombre de nouvelles contaminations ralentit ces derniers jours et le nombre d'hospitalisations et de décès continue à baisser. Pour continuer à faire reculer le nombre de contaminations, les voyages non-essentiels, tels que les city trips ou les vacances plus longues, devraient être évités autant que possible, estime le scientifique de la KU Leuven. "Pour cela, il serait nécessaire de définir de manière aussi claire que possible ce que sont les voyages essentiels, et ceux qui peuvent les entreprendre. Je pense aux déplacements professionnels, à ceux pour se rendre à l'école ou aux familles recomposées établies de deux côtés d'une même frontière. Nous ne pourrons pas interdire ces voyages-là". 

Geert Molenberghs insiste qu'il s'agit là d'un conseil épidémiologique, mais que c'est aux autorités qu'il appartient de décider. "Les politiques doivent s'assurer que nos avis sont possibles juridiquement. J'ai toute confiance que cela peut réussir".

Le professeur Steven Callens (photo), spécialiste des Maladies infectieuses et membre du GEMS, souligne de son côté que l’apparition de la variante plus contagieuse du Covid-19 au Royaume-Uni renforce les inquiétudes quant au retour de voyageurs provenant de zones rouges. "Nous avons actuellement une transmission du virus qui est moins élevée en Belgique que dans les pays voisins. C’est une opportunité pour mener à bien les vaccinations dans les meilleures conditions possibles. C’est pourquoi nous avons formulé plusieurs avis visant à décourager encore davantage les déplacements non-essentiels". 

Les experts estiment en outre qu’ils faut davantage de concertation entre les pays européens à propos du trafic qui traverse la frontière.

Les plus consultés