Chargement lecteur vidéo ...

Bosch annonce 400 licenciements à Tirlemont

Le fabricant d'essuie-glaces Bosch a annoncé ce jeudi matin, lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, une restructuration sur son site de Tirlemont (Brabant flamand). L'entreprise entend supprimer 400 emplois, dont 158 employés et 242 ouvriers.

La direction a notifié officiellement l'équipe du matin. Une communication était aussi prévue pour les équipes de l'après-midi et du soir. "Cette nouvelle est inattendue. Un certain nombre de personnes avaient été mises au chômage technique mais, là, ça fait l'effet d'une bombe", confiait Leen Vanderhulst, secrétaire syndicale de l'ACV. Il y a actuellement 863 personnes employées par Bosch à Tirlemont. Cela signifie donc que le nombre de travailleurs dans l'entreprise sera réduit de près de la moitié. 

Bosch développe et fabrique à Tirlemont des balais et des bras d'essuie-glace, tant pour l'équipement d'origine que pour le marché des pièces de rechange. Selon la direction, la production des essuie-glaces n'y est plus rentable. Elle estime qu’il n'y a d'avenir que dans le département caoutchouc et dans l'utilisation de balais d'essuie-glace automatisés. Depuis plusieurs années, les systèmes d'essuie-glace des véhicules sont soumis à une pression concurrentielle toujours plus forte, situe Bosch. Le déclin mondial de la production automobile des dernières années a entraîné une "énorme pression" sur les prix, avec un marché de l'équipement d'origine particulièrement touché en Europe, analyse l'entreprise allemande. 

Ce sont principalement les activités en lien avec l'équipement d'origine, notamment basées à Tirlemont, qui souffrent d'un manque de compétitivité, explique-t-elle. La production de ces équipements sera concentrée en Europe de l'Est. La direction assure toutefois croire en l'avenir du site brabançon, qui se concentrera à l'avenir sur l'assemblage entièrement automatique de balais d'essuie-glace et "s'efforcera d'atteindre une position privilégiée en tant que fournisseur de technologies pour les applications du caoutchouc". Des investissements massifs dans le parc des machines, les installations ainsi que dans les infrastructures immobilières sont prévus. 

De nouvelles activités - en dehors des applications automobiles - y seront aussi développées, promet Bosch. Une consultation entre syndicats et direction est déjà prévue mardi. Dans le cadre de la loi Renault, des alternatives seront recherchées autant que possible.

Les plus consultés