picture-alliance/dpa/M. Gambarini

Des chiens pisteurs seront prêts pour flairer le coronavirus dès février

Onze chiens pisteurs seront utilisés à partir de février pour détecter le coronavirus, indiquait ce jeudi Chris Callewaert de l'Université de Gand. Ils terminent actuellement un entrainement de six semaines. Les animaux semblent très bons pour détecter la maladie dans les échantillons de transpiration et de cette manière seraient encore plus utiles que le test PCR classique. Si les chiens sont à la hauteur des attentes, le groupe de travail qui pilote le projet souhaite former une centaine d'animaux supplémentaires sur le long terme pour détecter les infections, par exemple dans des aéroports ou des gares, ou lors de festivals.

Les chiens sont utilisés par divers services tels que l'armée, la police et les pompiers. Ils n'effectueraient pas leurs nouvelles tâches comme lors de contrôles de police antidrogues, mais sur la base d'échantillons prélevés qui leur sont présentés séparément. 

Au départ, le groupe de travail souhaite déployer les animaux dans des endroits tels que les aéroports et les gares où ils pourraient se révéler un outil supplémentaire aux tests avec écouvillons. 

Sur les treize chiens qui ont commencé la formation d'environ six semaines, onze sont toujours là. Différentes races de chiens sont capables ce type de travail. Les formateurs utilisent, notamment, les bergers malinois, les épagneuls et les Labradors. "Mais il y a aussi un Beagle dans le groupe", précise Chris Callewaert de l’Université de Gand.

Les plus consultés