Pas de prolongation des vacances de Carnaval pour les écoles flamandes

Il y aura par contre, juste avant les vacances de Carnaval, une semaine d'enseignement à distance à partir du 8 février pour tous les élèves de l'enseignement secondaire en Flandre. C’est ce qu’ont décidé mercredi soir lors d'une concertation le ministre Ben Weyts et les partenaires de l'enseignement en Flandre. Pour les élèves de 5e et 6e primaires, le port du masque ne sera pas obligatoire, sauf si la classe est concernée par une contamination ou une quarantaine. Le Comité de concertation examinera ces propositions lors de sa réunion de ce vendredi.

Le ministre flamand de l'Enseignement Ben Weyts, les coupoles d'enseignement en Flandre et les syndicats ont discuté mercredi soir des avis du groupe des experts du Risk Assessment Group (RAG). Plusieurs experts se trouvaient autour de la table. Il s’agissait de décider si des mesures supplémentaires s’imposent pour endiguer la propagation du coronavirus dans les écoles, et notamment de sa variante plus contagieuse venue du Royaume-Uni. 

Pour les élèves du secondaire, il a été convenu d'une sorte de "période de répit". Ils recevront tous des cours à distance à partir du 8 février et jusqu’au 12 février - soit la semaine avant les vacances de Carnaval. Ces dernières ne seront par contre pas prolongées d’une deuxième semaine. 

Les élèves du primaire et de maternelle continueront d'aller à l'école la semaine précédant les vacances. L'enseignement à distance est plus difficile pour ce groupe d'enfants, estiment notamment les spécialistes.

Pas de masque généralisé pour les grands élèves du primaire

Dans l'enseignement primaire, il n'y aura pas d'obligation générale du port du masque - comme c’est le cas pour les élèves du secondaire. Mais s'il y a eu une contamination ou une quarantaine dans une classe, les élèves de 5e et 6e primaires et leurs professeurs devront porter un masque à l'école par précaution, pour une période de 14 jours. Cette mesure prendra effet à partir du 25 janvier.

L’enseignement reste en code rouge et aucun assouplissement n’est prévu pour le moment. Pour les étudiants (universités et écoles supérieures), le ministre Weyts veut voir avec les virologues et l’Association flamande des étudiants si des mesures peuvent être prises dans le sens de la création de "bulles de kots". Ce qui voudrait dire que les étudiants seraient encouragés à former une bulle sociale avec les étudiants avec lesquels ils partagent un logement (kot). 

"Le coronavirus est douloureux pour nos étudiants. Nous devons prendre au sérieux les problèmes d’isolement social, de solitude et de santé mentale", souligne le ministre flamand de l’Enseignement. "Nous voulons donc concevoir des règles sur-mesure pour les étudiants. Pour qu’ils aient une perspective positive"'.

Les plus consultés