Le Comité de concertation se penchera notamment sur les vacances de Carnaval

Un nouveau Comité de concertation est convoqué ce vendredi à 14h. Les principaux ministres du gouvernement fédéral et les ministres-présidents des entités fédérées évalueront comme de coutume la situation de l'épidémie de Covid-19 en Belgique, avec les vacances de Carnaval (15-19 février) en perspective. Les voyages touristiques et les mesures dans l’enseignement figurent avant tout à l’agenda.

L'année dernière, le retour des vacances de Carnaval - et notamment des stations de ski - avait provoqué une flambée de cas positifs de coronavirus, débouchant sur la première vague de l'épidémie dans notre pays. Alors que les chiffres de la pandémie stagnent actuellement et que plusieurs variants, dont le britannique plus contagieux, ont été détectés sur le territoire, les autorités devraient décider d'interdire tous les déplacements non-essentiels à l'étranger durant une période déterminée. 

Le Premier ministre Alexander De Croo a défendu cette mesure jeudi soir au Conseil européen. L'idée n'a suscité aucune opposition et aurait même été soutenue par plusieurs Etats membres. Le ministre-président flamand, Jan Jambon, s'est lui aussi montré favorable à un tel dispositif. 

Outre l'interdiction des déplacements non-essentiels à l'étranger, la question de porter à 14 jours la quarantaine obligatoire lors d'un retour de zone rouge serait aussi évoquée, indique l’agence Belga. 

Le Comité de concertation pourrait également discuter de la situation dans l'enseignement, en vue d'harmoniser éventuellement les dispositifs entre les différentes communautés. Mercredi, la Communauté flamande a décidé que les cours se donneraient entièrement à distance en secondaire durant la semaine précédant les vacances de Carnaval, mais que ces vacances ne seront pas allongées d’une semaine. 

Le port du masque ne sera pas obligatoire en 5e et 6e primaires - comme il l’est depuis des mois en secondaires -, sauf quand une classe est confrontée à des cas de Covid parmi les élèves ou les enseignants. 

Pour les métiers de contact, l'espoir de voir un assouplissement des mesures sanitaires est extrêmement faible. Des perspectives pourraient toutefois être annoncées. Un arrêté ministériel publié après le précédent Comité de concertation avait d'ores et déjà prolongé les mesures actuelles jusqu'au 1er mars.

Les plus consultés