Belga: themabeeld

"Les personnes sans papiers ne doivent pas être les oubliées de la stratégie sanitaire"

Depuis le début de la pandémie, "les personnes les plus précaires ont été trop souvent oubliées de la gestion sanitaire publique", dénoncent mardi le CIRé, Médecins du Monde et Médecins sans frontières. Les personnes sans papiers sont totalement invisibilisées de la crise sanitaire actuelle, alors qu'une "politique de santé publique ne peut être efficace que si elle prend en compte l'ensemble des membres de la société", martèlent les organisations.

"Les personnes qui n'ont pas de titre de séjour et de numéro national, donc les personnes sans papiers et migrantes en transit (souvent sans abri) voient leur existence abolie par le vide administratif auquel elles sont confrontées", rapportent-elles. Ces personnes disposent de "trop peu d'accès à l'information sur le covid-19 et aux tests, aux soins de santé, si ce n'est via l'Aide médicale urgente, procédure dont la mise en œuvre décourageante mène souvent à ne pas y recourir".

Leur situation déjà très précaire s'est encore dégradée depuis le début de la pandémie. Celles et ceux qui avaient un travail - au noir - l'ont perdu, entraînant des problèmes de ressources pour se nourrir, se loger, etc. Nombre d'entre elles se sont retrouvées à la rue. 

"Promiscuité, dénuement, impossibilité de respecter les mesures d'hygiène et de distanciation sociale requises et, ces derniers temps, conditions hivernales, ... Tout expose ces personnes au risque de contracter le virus et de le transmettre", poursuivent les organisations. "Il est donc inconcevable qu'il n'y ait pas de lignes directrices plus claires pour les inclure dans la gestion sanitaire."

Pour trouver une réponse adéquate et efficace à cette problématique complexe, et donc réussir à atteindre ces personnes pour leur donner la protection nécessaire, la collaboration avec les acteurs de première ligne, ainsi qu'avec les collectifs organisés de personnes sans papiers sera primordiale, estiment le CIRé, Médecins du Monde et Médecins sans Frontières. 

Il faut d'urgence que le gouvernement et les ministres régionaux de la Santé mettent en place une "stratégie claire, commune et d'envergure" pour permettre à ces personnes d'avoir accès au vaccin, ainsi qu'aux mesures de protection et de prévention auxquelles elles ont droit, concluent les organisations.

Les plus consultés