Les experts mettent en garde : "Le variant britannique bientôt dominant en Belgique"

Dans un rapport du laboratoire de référence de l'hôpital universitaire louvaniste UZ Leuven et de la KU Leuven, les scientifiques mettent en garde contre l'avancée dans notre pays du variant britannique du coronavirus. Avant la fin du mois de février, 90% de toutes les nouvelles infections concerneront ce variant, prédisent le microbiologiste Emmanuel André et le virologue Marc Van Ranst. "L’infectiosité du variant dépasse de 65% celle des autres variants. Si rien ne change dans la politique actuelle, nous aurons des problèmes en février ou mars. Le rapport indique que des mesures supplémentaires sont nécessaires, mais si tout le monde respecte bien les mesures actuelles, cela aura également un effet", précisait Marc Van Ranst dans l’émission "De afspraak" (VRT), mercredi soir.

Le Commissariat Corona du gouvernement fédéral a rendu public trois nouveaux rapports contenant les résultats des tests effectués sur la population ces derniers mois et l’impact du variant britannique du coronavirus. Le virologue Marc Van Ranst (photo) se dit très inquiet de la propagation rapide de ce variant. Les scientifiques concluent en effet sur la base de la recherche génomique que la variante britannique est à la hausse. On peut déduire des données de diverses universités que "son taux d'infectiosité est environ 65% plus élevé que celui les autres variantes. Les résultats de divers pays se situent entre 30% et 70%, mais en Belgique on arrive à 65% avec les chiffres dont nous disposons".

Marc Van Ranst précisait que "le variant britannique est déjà en Belgique depuis quelques temps. Or, on veut le maintenir autant que possible en-dehors du pays. Les analyses démontrent qu’il a été importé par les voyageurs des vacances de Noël".

La grande crainte est que le variant britannique devienne le principal propagateur du virus. "Si rien ne change à la politique actuelle de prévention, nous aurons des problèmes en février ou mars. Nous aurons alors vraisemblablement un taux de reproductivité de 1,65. Ce qui veut dire que 10 personnes qui sont contaminées en infectent 16 autres. Cela correspond au pic de la deuxième vague de coronavirus dans notre pays, et c’est davantage que ce que connait le Royaume-Uni actuellement, avec 1,4 comme taux de reproductivité".

Marc Van Ranst estime que les chiffres vont remonter. "Il faut préparer davantage de mesures. Le rapport indique que davantage de mesures s’imposent. Mais si tout le monde suit les mesures actuellement en vigueur, cela aura déjà un effet. On peut toujours faire mieux".

Le virologue Steven Van Gucht souligne pour sa part qu'il y a encore beaucoup d'incertitude autour des conclusions. "Ce rapport est basé sur des données limitées et nous devons donc considérer ces résultats comme le pire des scénarios. De plus, le fait que la variante britannique devienne dominante ne change pas en soi la stratégie: nous devons limiter le nombre d'infections, indépendamment de quelle variante est dominante".

"Faire comprendre la sévérité de la situation"

D’après le professeur Van Ranst, "le grand problème est de convaincre la population que la situation est dangereuse, alors qu’elle ne le voit pas encore". Le virologue estime notamment qu’il y a peu de chances que les coiffeurs puissent rouvrir leurs salons mi-février. La probabilité d’un assouplissement est minime. "Pour les scientifiques, c’est déjà clair depuis un certain temps".

Le professeur Herman Goossens (photo), qui dirige le groupe de travail pour la stratégie de tests, se montre un peu plus positif. "Bien entendu, je suis inquiet face au taux de reproductivité du variant britannique. Cela signifie que l’épidémie grandit, et c’est inquiétant. Mais en même temps, les règles du jeu n’ont pas changé. Raison de plus pour suivre à la lettre les mesures décrétées actuellement. Nous devons parvenir à contrôler l’épidémie grâce à une politique intelligente de test. En Belgique, nous possédons une énorme capacité de test, à laquelle nous pouvons avoir recours maintenant".

Les plus consultés