YVES HERMAN

Polémique sur un permis de bâtir accordé au roi Philippe pour une construction sur l’Île d’Yeu

L'île d'Yeu, au large de la Vendée, est depuis des années, une destination de vacances pour le roi Philippe et sa famille. Il y a deux ans, le souverain y a même acheté un terrain de 70 ares avec une maison dans une zone naturelle. La construction d'une annexe suscite désormais les critiques d’un parti d'opposition local. Mais selon le Palais, le permis a été accordé dans les règles.

Quand on consulte les permis de bâtir approuvés pour la municipalité de l'Île-d'Yeu en août dernier, le nom d'un des requérants éveille notre attention: Monsieur Philippe Legrand. Comme le suggère l'adresse correspondante (16 rue de la Brederode à Bruxelles), il s'agit bien du roi Philippe, le Roi des Belges, qui utilise ce pseudonyme lorsqu'il est en vacances.
Le Palais confirme que le roi a bien acheté un terrain avec une maison sur l'île en 2019. L'Île-d'Yeu est une destination favorite du roi Philippe et de sa famille depuis des années et avant cela, il y louait un logement pendant ses vacances.

Le permis de bâtir approuvé en août dernier concerne une annexe d'un peu plus de 40 mètres carrés. Et selon l'opposition locale "M'YEU ensemble", il y a là quelque chose qui ne va pas.

En effet, dans la zone naturelle en question, on ne peut pas construire. Et une extension ne peut être que de 30 mètres carrés au maximum. De plus, l'annexe sur le domaine du roi est non seulement trop grande de 10 mètres carrés, mais selon le parti d'opposition, il s'agit déjà d'une deuxième extension.

Le chef de l'opposition Patrice Bernard a donc interrogé le maire Bruno Noury sur ce sujet lors de la réunion du conseil municipal de la semaine dernière, après que plusieurs habitants aient - selon lui - attiré son attention sur la question.

Sur intervention de la Préfecture

La réponse du maire a fait sourciller l'opposition. Le maire a parlé d'une décision qui leur avait été "imposée". Un peu plus tard dans sa réponse, le maire a précisé qu'elle avait été "imposée pour des raisons de sécurité", après quoi il a fait savoir que la Préfecture - l'autorité supérieure - était intervenue.

Le souverain aurait en réalité bénéficié d’une dérogation, possible dans la loi française, au titre de "l’intérêt général" car il est un chef d’État et l’annexe doit abriter ses gardes du corps. Le tout accordé directement par la Préfecture, ce qui a choqué certains habitants.

Pour sa part, le Palais confirme que l'annexe est bien destinée à abriter les services et installations de sécurité nécessaires pour garantir la sécurité du chef de l'État, et affirme catégoriquement que, dans cette optique, tout a été fait dans le respect des règles.

La question est de savoir quelle est la gravité réelle des objections du parti d'opposition local, puisqu'il semble s'agir d'une interprétation d'une exception prévue par la loi. Par ailleurs, Patrice Bernard du parti "M'YEU ensemble" a fait savoir qu'il n'avait pas l'intention d'entamer une procédure, mais qu'il voulait surtout dénoncer que le maire, selon lui, n'avait pas agi correctement. 

Toutefois, le chef de l'opposition locale n'a rien contre le roi Philippe - comme il l'a souligné à plusieurs reprises. "C'est un homme très sympathique et nous aimons le voir venir sur notre île."
 

Les plus consultés