Un homme appréhendé pour attouchements à la gare de Courtrai avait un lourd passé criminel

L'homme qui a été arrêté mardi après avoir importuné au moins 8 femmes à la gare de Courtrai (Flandre occidentale), semble être un criminel notoire. Il avait déjà été condamné pour plusieurs vols violents et s'était même échappé de la prison de Bruges en hélicoptère. L'intéressé est à présent suspecté d'attentats à la pudeur.

La police qui avait diffusé la semaine dernière un avis de recherche sur base des images des caméras de surveillance a rapidement reçu des informations concernant le suspect qui a ainsi pu être appréhendé mardi sur son lieu de travail.

Il s'agit d'un homme de 53 ans originaire de Heuvelland qui emprunte régulièrement le train en gare de Courtrai dans le cadre de son travail. Les forces de l'ordre ont également découvert lors d'une perquisition les vêtements que l'individu portait lors des faits et qui étaient bien visibles sur les images de vidéo-surveillance. 

La diffusion de l'avis de recherche a également permis à quatre nouvelles victimes de se faire connaître. L'homme sera présenté mercredi à un juge d'instruction qui décidera de son éventuelle mise sous mandat d'arrêt.
 

Lourd passé criminel

Le quinquagénaire a déjà passé une dizaine d’année en prison, entre autres pour son rôle dans un certain nombre de braquages de banques et de transports de fonds perpétrés par le gang bruxellois de la bande Maâche. Plus tard, il a également dévalisé des banques à Courtrai et à Renaix. Après le cambriolage de Renaix, il a même tiré à la kalachnikov sur un hélicoptère de la police qui le poursuivait.

Finalement, il a chaque fois pu être arrêté, mais il a également réussi à s'échapper de prison à deux reprises. La première fois, de la prison de Renaix, où il a mis les vêtements de son frère, qui lui rendait visite, et a changé de place avec lui. Plus remarquable encore est son évasion de la prison de Bruges, où il a réussi à s'échapper avec deux autres détenus dans un hélicoptère qui les a récupérés dans la cour.
 

Le bourgmestre au courant de son passé

L'homme vivait à Mesen, en français Messines, en Flandre occidentale, depuis l'été dernier. Le bourgmestre Sandy Evrard (MLM) était au courant de son passé. "On lui a attribué un logement social ici", explique le bourgmestre. "Je n'ai pas pu faire grand-chose à ce sujet. Ce n'est pas non plus à moi de faire le procès de cet homme après qu'il ait purgé sa peine. J'ai eu deux conversations avec lui, pour lui dire que je n'avais pas peur de lui et pour lui demander de respecter les règles. Ici à Messines, nous n'avons pas eu de problèmes avec lui, bien que je n'aimais pas l'idée qu'il vive ici. Dans une petite ville, avec une force de police modeste et un petit service social, il est plus difficile de faire un suivi avec quelqu'un comme ça que dans une grande ville".

Les plus consultés