Le président de l'Open VLD sur l'affaire El Kaouakibi : "Le silence des autres partis sur cette affaire est frappant"

Le président de l'Open VLD, Egbert Lachaert, affirme que son parti n'a enfreint aucune loi en finançant la campagne électorale de Sihame El Kaouakibi en 2019. "Le silence des autres partis sur le dossier est frappant. L'indignation sélective aussi, en fait. Nous allons en tirer les leçons en tant que parti, mais chaque parti doit balayer devant sa propre porte", a-t-il déclaré lors de l’émission De Afspraak op Vrijdag (VRT).

Egbert Lachaert reconnaît que son parti, mais aussi le monde politique en général, a fait piètre figure après la polémique autour du financement de la campagne électorale de l’entrepreneuse sociale Sihame El Kaouakibi en 2019. Cette nouvelle venue en politique (“lapin blanc” en néerlandais) est au cœur de la tourmente en raison de suspicions de malversations financières au sein de son asbl Let's Go Urban

Selon le président libéral, son parti n'a enfreint aucune loi en soutenant financièrement la campagne de Sihame El Kaouakibi en 2019 à hauteur de 53.000 euros. Ce qui dérange Egbert Lachaert, c'est le silence frappant des autres partis sur le dossier. 

Balayer devant sa porte

"On a déclenché une tempête sur notre parti à cause du dossier Let's Go Urban, mais soyons honnêtes, de nombreux partis ont effectué des transferts et engagé des lapins blancs. Le silence des autres partis sur le dossier est frappant. L'indignation sélective l'est aussi", s’exclame le président de l’Open VLD.

"Si l'on accuse mon prédécesseur (Gwendolyn Rutten, alors présidente du parti) de donner à un nouveau candidat un budget de soutien de 50 000 euros, alors nous devrions voir ce que quelqu'un comme Tom Van Grieken (Vlaams Belang) a dépensé dans les réseaux sociaux au cours des trois derniers mois. C'est trois ou quatre fois plus. Cela a également été fait avec l'argent des contribuables et il ose ensuite produire un film dans lequel il affirme qu’une politicienne libérale se remplirait les poches."

Egbert Lachaert lance à son tour un appel en faveur de "plus d’honnêteté intellectuelle": "Cette semaine, la politique en général a fait piètre figure, c'est exact. En tant que parti, nous allons en tirer des leçons, mais chaque parti doit balayer devant sa propre porte."

Les plus consultés