De Lijn doit payer 5 000 euros à Tom Meeuws (sp.a) après une fuite dans la presse

La société de transport public De Lijn a été condamnée à verser des dommages et intérêts de 5 000 euros à Tom Meeuws (sp.a) pour avoir divulgué son dossier personnel en 2018.

Le verdict a été prononcé en juin de l'année dernière, mais Tom Meeuws, échevin anversois aux Affaires sociales, ne l'a annoncé que maintenant via Twitter en raison de l'agitation autour de Sihame El Kaouakibi (Open Vld). La sentence est confirmée à De Lijn auprès de la Gazet Van Antwerpen.

L’échevin socialiste a défendu Sihame El Kaouakibi lors de l’émission Wakker Op Zondag (ATV) en rappelant le principe de la présomption d’innocence, comme dans son cas : “Les gens peuvent écrire ce qu’ils veulent sur les réseaux sociaux, mais ils ne connaissent pas les faits. Laissons la vérité. Il faut avoir confiance en l’État de droit, la vérité viendra.

"Quand tu te fais juger par un tribunal populaire que sont les réseaux sociaux, ta réputation est endommagée et c’est difficile d’en changer la perception”, ajoute-t-il.

Tom Meeuws était au cœur d’une tourmente à l'approche des élections communales de 2018 à propos de possibles malversations lorsqu’il était directeur de De Lijn à Anvers. La convention, qui comprenait une clause confidentielle sur la raison de son licenciement en tant que directeur, a fuité dans la presse. La figure de proue des socialistes a ensuite déposé une plainte contre De Lijn et a réclamé des dommages et intérêts.

Selon le juge, la fuite de presse a eu des conséquences néfastes pour la carrière politique de Tom Meeuws et pour lui personnellement. De Lijn n'a pas fait appel de cette décision.

Toute cette affaire avait notamment abouti à l'annulation de la liste du cartel de sp.a et Groen pour les élections communales de 2018 à Anvers. Tom Meeuws n'a pas été poursuivi pour des allégations relatives à sa période chez De Lijn.

 

Les plus consultés