La Flandre adopte de nouveaux objectifs d’apprentissage scolaire pour améliorer le niveau des élèves

Le Parlement flamand a approuvé la semaine dernière les nouveaux objectifs finaux d’apprentissage scolaire. Ces objectifs établissent ce que les élèves flamands doivent connaître et savoir faire à la fin de la 4ème secondaire, et à la fin de leur scolarité. Le réseau de l’enseignement catholique flamand s’oppose toutefois à ce projet qui va, selon son directeur général, à l’encontre de la liberté de l’enseignement. 

Cela faisait plus de 2 ans que le Parlement flamand travaillait sur ce dossier, un dossier qui a suscité de très nombreux débats, notamment parce que son but principal est d’améliorer le niveau des élèves flamands, qui ne cesse de régresser depuis plusieurs années.

"Nous devons mettre la barre plus haut. La qualité de notre enseignement est sous pression. Nous devons regarder vers le haut, être plus ambitieux", a déclaré le ministre flamand de l’Enseignement, Ben Weyts (N-VA) devant le Parlement flamand. 

Des objectifs vieux de 20 ans

La semaine dernière, l’assemblée a donc finalement approuvé les nouveaux objectifs d’apprentissage pour remplacer les précédents objectifs qui dataient d’il y a 20 ans.

Les nouveaux objectifs d’apprentissage seront adaptés à de nouvelles connaissances. Certaines filières seront aussi accordées à des études supérieurs. Dans l’enseignement professionnel, la formation générale de base sera élargie. Le tout sera consolidé autour de 16 compétences clés que l’enfant doit acquérir.

D’après Ben Weyts, il reviendra aux écoles de déterminer comment ces dernières aboutiront à l’acquisition des connaissances requises.

"La liberté de l’enseignement menacée"

Alors que les nouveaux objectifs d’apprentissage sont censés entrer en vigueur en septembre prochain, le réseau de l’enseignement catholique flamand, qui représente 70% des écoles du nord du pays, a exprimé son opposition au projet. Selon son patron, les nouveaux objectifs finaux sont trop détaillés et vont à l’encontre de la liberté de l’enseignement.

"Nous allons saisir la Cour constitutionnelle contre les objectifs finaux d’apprentissage car ils sont trop vastes, trop volumineux, et qu’ils constituent une menace pour la qualité de notre enseignement, mais aussi pour la liberté de notre enseignement", a fait savoir le directeur-général de l’enseignement catholique flamand, Lieven Boeve.

Les plus consultés