Ventiler davantage les espaces intérieurs et ne plus utiliser de sèche-mains à jet d'air

Les coiffeurs doivent aérer le local lorsqu’ils utilisent un sèche-cheveux et les personnes qui se rendent aux toilettes ne doivent pas utiliser un sèche-mains qui souffle l'air vers le haut. C'est ce qu'indique un nouvel avis du Conseil Supérieur de la Santé. "Il apparaît désormais plus clairement que la propagation du coronavirus via les aérosols joue un rôle important dans la transmission de l'infection dans les espaces clos" écrit le CSS.

Les coiffeurs viennent à peine de rouvrir leurs portes, dans des conditions strictes, qu’ils reçoivent déjà de nouvelles recommandations : lorsqu'ils séchent les cheveux de leurs clients, les coiffeurs doivent veiller à ce que l'air soufflé par l'appareil ne soit pas dirigé vers une autre personne.

Selon le Conseil Supérieur de la Santé, l'utilisation de sèche-cheveux comporte "un risque non négligeable que des particules contaminées par des virus soit rejetées dans l'environnement et vers d'autres personnes". Et si l'utilisation de sèche-cheveux est difficile à éviter, le Conseil de la Santé déconseille résolument l'utilisation de sèche-mains à jet d’air dans les toilettes.

De minuscules particules

Il apparaît désormais plus clairement que la propagation du coronavirus via les aérosols joue un rôle important dans la transmission de l'infection dans les espaces clos, indique lundi le Conseil Supérieur de la Santé (CSS), l'organe d'avis scientifique du SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement. Selon son nouvel avis, l'émergence de variants plus contagieux incite encore davantage à ventiler au mieux les espaces intérieurs.

Outre la contamination par l'intermédiaire de gouttelettes de plus grande taille inhalées à courte distance et le contact indirect via des surfaces contaminées, le CSS constate que les aérosols peuvent se disperser dans un local, rester en suspension dans l'air pendant des heures et s'y accumuler.

Ces minuscules particules pénètrent ensuite profondément dans les poumons et peuvent jouer un rôle important dans la transmission de la maladie sur de plus longues distances (plus de deux mètres), explique le conseil sur la base de l'expérience acquise et des données les plus récentes.

"Un séjour prolongé dans une pièce mal ventilée en présence d'une personne infectée augmente ainsi considérablement le risque d'être soi-même contaminé, et ce, même en respectant la distance physique de sécurité", ajoute-t-il.

Port du masque à l’intérieur et ventilation des locaux

Le CSS rappelle donc l'importance du port du masque à l'intérieur, même si la distance physique est respectée, et d'une ventilation du local avec de l'air neuf (50 à 80 m3 par heure et par personne). La recirculation de l'air est par contre déconseillée.

Ces recommandations s'appliquent aussi aux voitures ou aux transports publics, pour lesquels il convient de couper la climatisation et d'ouvrir les fenêtres pour obtenir un apport d'air neuf.

Les plus consultés