BELGA / VAN ASSCHE

La Flandre risque de manquer d’animateurs de plaines de jeux cet été

Aura-t-on suffisamment d’animateurs formés pour les plaines de jeux durant les prochaines vacances d'été ? C'est ce que se demande le Département flamand Speelpleinwerk. En raison de la crise sanitaire, deux fois moins de jeunes obtiendront le brevet d'animateur. Afin d'éviter que les autorités locales des plaines de jeux ne soient confrontées à une pénurie, elles organisent pour la première fois des cours d'animation en ligne pendant les vacances de printemps, mais le nombre de participants est limité.

Chaque année, des milliers de jeunes animateurs sont indispensables pour permettre la tenue de plus de 500 activités locales et plaines de jeu dans notre pays. Toute personne qui souhaite travailler comme animateur dans le domaine de la jeunesse doit d'abord obtenir un brevet par le biais d'une formation reconnue. Traditionnellement, les nouveaux animateurs sont formés pendant les vacances de carnaval et de Pâques. Les jeunes doivent faire 50 heures de théorie et de formation.

Mais cette année avec la crise sanitaire, une formation en ligne a été organisée pour la partie théorique, mais pour 20 heures au lieu des 50 heures normalement prévues. Cela se fait à partir de huit endroits différents. Le volet apprentissage est immédiatement déplacé vers les vacances d'été. Pour certains départements, cela signifie qu'il n'y aura pas assez d'animateurs prêts au début de l'été.

Moins d'animateurs signifie qu’il y aura également moins de place pour les enfants, voire dans un cas extrême carrément pas de plaine dans certains endroits, ou alors les organisateurs devront opter pour un mélange d'animateurs formés et non formés. 

"Chacun devra joindre le geste à la parole", déclare Bert Breugelmans, du département flamand des aires de jeux. "Les administrations locales devront en être conscientes de la situation et assurer un suivi auprès des jeunes pendant les prochaines périodes de vacances".

D’habitude 1 000 jeunes obtiennent leur brevet de moniteur chaque année. À l'heure actuelle, seuls 400 jeunes se sont inscrits à la formation. Comme les cours sont en ligne, la capacité est de toute façon limitée. L'Agence flamande craignait que ces cours en ligne ne dissuadent les jeunes de s'inscrire, alors qu'ils doivent déjà passer beaucoup de temps derrière leur ordinateur.

"En ligne, il y a moins d'interaction possible avec les participants au cours", explique Lisa Dobbelaere, qui forme une nouvelle génération d'animateurs en ligne. "Nous essayons de les faire participer, et de les impliquer, mais ça ne marche pas toujours." On ne sait pas encore très bien comment se déroulera la formation pendant les vacances de Pâques".
 

Les plus consultés