Le secteur culturel demande des perspectives: "Nous sommes aussi importants que les coiffeurs"

Le secteur culturel a mené des actions dans près de 200 endroits différents à travers tout le pays, ce samedi. Les artistes souhaitent un assouplissement des mesures sanitaires, car celles-ci pèsent lourdement sur leur secteur. Ils demandent qu’on leur donne des perspectives, au moins une réouverture partielle des lieux culturels dès le mois de mars.

Ce samedi 20 février, Journée mondiale de la Justice sociale, des centaines d’actions avaient eu lieu à travers toute la Belgique pour ramener la question culturelle au centre des préoccupations. 

Les travailleurs de la culture parviennent à peine à tenir la tête hors de l’eau et c'est ce que les manifestants voulaient dénoncer. Ils veulent la fin des mesures qui visent arbitrairement certains secteurs et demandent que les efforts soient répartis équitablement dans l'ensemble de la société. Ils demandent instamment un soutien accru alors qu'il n'y a plus eu de concerts, de spectacles ou de représentations depuis plus de 100 jours et que les cinémas sont toujours fermés.

Des dizaines d’acteurs du monde culturel se sont rassemblés place Sainte-Croix, à Flagey (Ixelles) dans le cadre de l’action Still standing for culture. 

Plusieurs témoignages ont été partagés pour l’occasion, dont celui de Quentin Dujardin, le guitariste dinantais de jazz qui avait organisé un concert dimanche dernier devant 15 personnes dans une église de Crupet. L’événement avait été interrompu par la police.


"Il est temps de faire valoir notre point de vue à la table des discussions mais aussi peut-être de montrer massivement que nous sommes là. J’appelle tous les parlementaires à ouvrir le débat", a déclaré Quentin Dujardin. Un autre orateur a résumé la situation en ces termes : "Nous sommes aussi importants que les transports commun ou les coiffeurs. La culture est un besoin humain".
 

Les plus consultés