Veurne

Au centre de vaccination de Furnes un tiers des personnes conviées ne s’est pas présenté

Ce week-end, quelque 200 vaccins étaient prévus au centre de vaccination de Furnes (photo), en Flandre occidentale, pour autant de personnes conviées à recevoir leur première injection. Mais un tiers de ces personnes, soit 70 candidats, ne sont pas venus. La coordinatrice du centre de vaccination se dit stupéfaite.

Les 200 vaccins étaient destinés à des médecins, dentistes et infirmiers à domicile de Furnes. Des personnes qui sont donc en contact quotidien avec des patients, dont certains atteints de Covid-19. Mercredi dernier, ce personnel soignant avait reçu une invitation à venir se faire vacciner ce week-end, mais un tiers des personnes conviées ne s’est pas présenté.

La coordinatrice du centre de vaccination, An Mouton, est stupéfaite : "Nous réservons du temps pour ces personnes, mais si elles ne viennent pas c’est une perte de temps. Heureusement, beaucoup de personnes qui figuraient sur la liste de réserve ont pu venir se faire vacciner".

"Nous avons appelé sans relâche des personnes figurant sur cette liste et heureusement elles ont répondu en masse", précisait An Mouton. Quelque 70 invités n’avaient en effet pas confirmé leur volonté de se faire vacciner ni annulé le rendez-vous proposé, et ne sont pas venus.

"C’est peut-être dû au fait que l’invitation ne leur était parvenue que mercredi, alors que le rendez-vous était fixé à samedi. Mais c’étaient aussi les vacances de Carnaval, ou peut-être que ces personnes devaient travailler. Mais elles auraient pu nous prévenir", estime An Mouton.

Pour pouvoir assurer un meilleur suivi des invitations, le centre de vaccination de Furnes lancera à la fin de la semaine son propre centre d’appel. Dix personnes y seront actives. "Si nous n’avons toujours pas reçu de réponse le jour avant le rendez-vous pour une vaccination, nous appellerons les personnes concernées. Si elles ne peuvent vraiment pas venir, nous téléphonerons à quelqu’un figurant sur la liste de réserve", explique la coordinatrice An Mouton.

Les plus consultés