Train World

Les trains et leurs voies à l’honneur du festival Europalia

Le festival Europalia braquera ses projecteurs sur le train du 14 octobre 2021 au 15 mai 2022. Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas un pays qui est à l’honneur du festival d’envergure internationale cette année. Au programme: plus de 50 prestations, expositions et débats dans des musées, des gares ou des trains, tant en Belgique qu'à l'étranger, annoncent les organisateurs ce mardi. L’année 2021 marque en effet plusieurs anniversaires ferroviaires importants : il y a 175 ans, Bruxelles et Paris furent les premières capitales du continent européen à être reliées par le train, le TGV fut inauguré il y 40 ans et le Thalys fête son 25e anniversaire.

2021 a été proclamée "Année européenne du Rail" par la Commission européenne. Le festival Europalia "Trains & Tracks" y fait écho en reprenant ce thème d'actualité brûlant, et lance des pistes de réflexion multiples sur notre façon de vivre et de nous déplacer. "Si le train était à l'origine un symbole de l'accélération de la société et de son industrialisation, aujourd'hui il renvoie plutôt à ce besoin de prendre le temps, de vivre et de voyager durablement", explique le directeur artistique d'Europalia, Dirk Vermalen.

L'exposition "In the Tracks of Art", aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, ouvrira l'édition 2021 de la biennale des arts. Cette exposition montrera comment la peur et la fascination pour le "cheval de fer" ont inspiré des artistes tels que Monet ou Spilliaert, mais aussi des artistes contemporains comme Fiona Tan.

A quelques pas de là, l'artiste Rinus Van de Velde (photo) se perdra dans des voyages imaginaires au Bozar, qui accueillera la première de son nouveau film. Rinus Van de Velde crée son propre monde, un microcosme à la manière d’un circuit de train électrique, inspiré aussi de rencontres avec des artistes tels que Bonnard, Van Gogh, Beverly Buchanan ou encore Fischli & Weiss.

Yannick Sas. Courtesy Tim Van Laere Gallery, Antwerp

Le long de la ligne Ostende-Eupen, la ligne la plus longue et la plus fréquentée de Belgique - qui traverse par ailleurs toutes les communautés linguistiques du pays - seront installées sept œuvres d’autant d’artistes sélectionnées par la curatrice Caroline Dumalin : Che Go Eun, Inas Halabi, Flaka Haliti, Chloé Malcotti, Sophie Nys, Marina Pinsky et Laure Prouvost. Leurs œuvres se plongent dans des contextes locaux, parfois oubliés ou cachés, et s’intègrent à l’espace semipublic situé le long des voies et dans les gares.

Le chorégraphe et danseur Boris Charmatz donnera le coup d'envoi du programme de danse du côté de Bruxelles-Nord. "La Ronde", une performance longue et étourdissante, présente des duos de danseurs, musiciens, comédiens et chanteurs dont les couples, six heures durant, se font et se défont. Charmatz emplira la Gare du Nord de Bruxelles de mouvements, dialogues et musiques puissants (en collaboration avec Charleroi Danse) qui donnent le départ d’une série de performances (participatives), installations et concerts dans des gares et des trains aux quatre coins de la Belgique.

Le chorégraphe et danseur Mohamed Toukabri développe pour Trains & Tracks une nouvelle performance touchant au breakdance, au hiphop et à leur rapport à l’espace public et aux gares. La performance sera montrée chez plusieurs partenaires (Concertgebouw Brugge, Théâtre de Liège, …) et précédée de workshops dans les gares.

Gare d'Ostende

Nouvelles rencontres

Ictus Ensemble s’embarque sur la voie du tout premier trajet ferroviaire sur le continent, effectué en 1835 entre Bruxelles et Malines. L’ensemble s’entoure de divers artistes, dont Myriam Pruvot, Fritz Hauser et Ann Eysermans - qui a composé une fugue pour locomotives -, pour des interventions musicales impromptues dans le train et dans l’Atelier central de la SNCB à Malines.

Ensuite, six auteurs - dont Lize Spit (photo), Rob Van Essen et Thomas Gunzig - liront leur interprétation du roman de gare, dans les gares d’Anvers et de Liège.

À Bruxelles, des scientifiques, des décideurs politiques et des jeunes réfléchiront ensemble durant une journée au rôle du train dans les transports publics. Sans oublier l'escale de l'Orient Express à Bruxelles, la résidence en train de l'auteure Caroline Lamarche, le 7e art ou encore les percussions de Sysmo pour les plus petits...

"Les trains et les gares sont des lieux de rencontre. Nous espérons donc que notre festival pourra être le point de départ de nouvelles rencontres. Bien sûr, nous savons que nous devrons peut-être ajuster les dates ou le nombre de participants aux événements, mais le festival aura lieu", conclut Dirk Vermalen.

James Arthur Photography

Les plus consultés