James Arthur Photography

Sihame El Kaouakibi suspendue par son parti pour six mois

La Commission statutaire du parti libéral flamand a décidé de suspendre pour 6 mois la députée flamande Sihame El Kaouakibi (photo), en guise de mesure conservatoire. C’est ce qu’on apprend ce mardi, mais la décision date déjà de la semaine dernière. Si nécessaire, la mesure pourra être prolongée ou raccourcie.

La Commission statutaire a agi à la demande du président d’Open VLD, Egbert Lachaert, dans l’attente du résultat de l’enquête - menée par l'Office Central pour la Répression de la Corruption - sur la gestion financière de l’asbl Let’s Go Urban, le projet de danse de Sihame El Kaouakibi.

La suspension temporaire place l'élue en "non-actif" et signifie qu'elle n’aura pas le droit de prendre part aux réunions ou à des élections internes pendant les six mois. 

Elle peut par contre en principe continuer à fonctionner comme parlementaire flamande, étant donné qu’elle a obtenu son mandat des électeurs et pas de son parti. Sihame El Kaouakibi a fait savoir qu’elle acceptait la décision d’Open VLD et qu’elle espérait qu’elle resterait temporaire.

Ce lundi, la députée a donné une conférence de presse au cours de laquelle elle s’est défendue des accusations portées contre la gestion de son association anversoise. Elle bénéficiait aussi du soutien de l’avocat, ancien ministre fédéral et ministre d’Etat Johan Vande Lanotte (SP.A), qui a fait un rapport très critique sur l’audit du bureau I-Force qui a entrainé les lourdes critiques à l’égard d’El Kaouakibi.

Vande Lanotte a souligné que l’audit contient de "graves erreurs" et que l’entrepreneure et jeune députée flamande n’a pas enfreint la loi, ni détourné des subsides de son parti, et ne s’est pas enrichie personnellement. L’avocat dénonce cependant une gestion bâclée de l’asbl Let’s Go Urban.

Les plus consultés