James Arthur Photography

Jan Jambon estime qu’un sérieux assouplissement sera possible dès avril

Le ministre président flamand Jan Jambon (N-VA) pense qu'un sérieux assouplissement des mesures sanitaires sera possible à partir d'avril. Il a fait cette déclaration ce mercredi devant le Parlement flamand après avoir interrogé par plusieurs parlementaires sur le prochain comité de concertation de ce vendredi. Un assouplissement plus limité devrait être possible plus tôt, à partir du 1er mars, "avec des mesures en faveur des jeunes", a ajouté Jan Jambon.

Jan Jambon a déclaré devant le Parlement qu'aucun assouplissement majeur ne serait possible le 1er mars, sur la base des modèles prévisionnels des experts. "Nous nous trouvons avec un variant qui est 50 % plus contagieux que le virus original. Si nous devions vraiment assouplir les mesures le 1er mars, nous serions immédiatement dans une troisième vague".

Mais il estime qu’à partir d'avril, un sérieux assouplissement doit être possible, soit, avant les vacances de Pâques.

Mais, selon lui, des choses limitées devraient déjà être possibles d'ici là, surtout pour les jeunes. "Je partage votre préoccupation pour la jeunesse", a déclaré Jan Jambon. "Je pense donc que des assouplissements limités sont possibles à partir du 1er mars."

Il a notamment parlé des activités de plein air pour les jeunes de moins de 12 ans. "Nous avons rendu ces règles un peu plus strictes et avons dit que nous allions les réévaluer après les vacances de carnaval. Je pense que nous devrions le faire".

Quant à la bulle pour les étudiants qui partagent le même kot. Le ministre président a renvoyé la balle au gouvernement fédéral et s’est adressé au parlementaire Groen Jeremie Vaneeckhout. "Votre parti est dans un autre gouvernement. Si vous pouviez amener ce gouvernement à soutenir cette proposition alors vous l'aurez. Les gouvernements régionaux étaient déjà sur la même longueur d'onde. C'est le gouvernement fédéral qu'il vous faut convaincre” a déclaré Jan Jambon.

Depuis le début des mesures sanitaires, nous ne sommes autorisés à avoir des contacts étroits qu'avec notre propre "ménage" et nous sommes également autorisés à n'avoir chacun qu'un seul contact rapproché. Mais qu'en est-il des étudiants qui vivent ensemble dans des kots ? Leur "ménage" se trouve en principe chez leurs parents, donc, ils devaient garder leurs distances avec leurs colocataires. Certains estiment toutefois que les occupants du même kot pourraient être considérés comme un ménage.
 

Les plus consultés