Chargement lecteur vidéo ...

Les souverains ont apporté leurs encouragements aux pharmaciens

Le roi Philippe et la reine Mathilde se sont rendus ce mercredi dans une pharmacie de la commune bruxelloise d’Evere, où ils ont participé à une réunion de travail entre pharmaciens des différentes régions. "Cela a été difficile pour vous", a reconnu le roi Philippe, souhaitant encourager les pharmaciens. Il s’est notamment intéressé au rôle des pharmacies dans le processus de vaccination et le soutien aux citoyens mentalement et moralement affectés par la crise sanitaire. (Images Belga)

Le couple royal est arrivé à 10h à la pharmacie Pharma Haelvoet à Evere, en Région bruxelloise. Lors d'un entretien introductif avec le personnel, le souverain s'est immédiatement intéressé à la santé mentale des patients et aux conséquences psychologiques de la crise sanitaire. Il a notamment demandé si davantage de sédatifs et de somnifères étaient vendus. "Nous constatons en effet une demande accrue de sédatifs. Les gens dorment aussi moins bien. Cela commence à peser sur tout le monde."

Une réunion de travail s'est ensuite tenue entre le représentant de l'Association pharmaceutique belge, un pharmacien d'Eeklo en Flandre orientale, un de Tertre dans le Hainaut et la pharmacienne Haelvoet d'Evere : les trois Régions étaient donc représentées.

Le chef de l'Etat a reconnu le rôle crucial des pharmacies en période de pandémie. "Nous savons que cela a été et est encore difficile. Vous êtes souvent en première ligne. La population subit beaucoup de stress et vient vous voir avec de nombreuses questions. Nous sommes venus pour nous informer, y compris sur votre rôle important dans la campagne de vaccination. Nous souhaitons vous donner des encouragements", a déclaré le roi Philippe.

Un signe de reconnaissance qui a été bien accueilli, selon Koen Straetmans, président par intérim de l'Association pharmaceutique belge. "Le couple royal était très intéressé par la façon dont les pharmaciens ont pu rassurer et conseiller les patients lors de la première vague et tentent maintenant d'apaiser les inquiétudes concernant les vaccinations", a-t-il déclaré.

Les plus consultés