Horeca Vlaanderen propose un "plan printemps" pour la réouverture des cafés et restaurants en avril

Le secteur Horeca demande à pouvoir reprendre progressivement son activité dès le mois d’avril. L’organisation sectorielle Horeca Vlaanderen a d’ailleurs élaboré un “plan pour un printemps en sécurité" (safe spring-plan), qui doit garantir une réouverture sûre des cafés et restaurants, par étapes, entre le 1er avril et le 1er juillet. Ce plan tient compte des règles imposées par le Comité de concertation. Ce dernier doit à nouveau se réunir ce vendredi et devra gérer la pression exercée par de nombreux secteurs qui réclament des assouplissements progressifs.

Matthias Decaluwé, CEO de Horeca Vlaanderen, voudrait effacer l’image de secteur à risque qui colle actuellement à la peau de l’horeca. "Nous pouvons au contraire être un allié, une partie de la solution, pour aider les gens à patienter jusqu’à la liberté. Avec une série de règles uniformes nous devrions y arriver. Nous n’espérons pas l’impossible, mais ce qui est raisonnable. Nous voudrions être l’une des cartes que le gouvernement tirera le 1er avril. Les gens demandent à pouvoir à nouveau prendre du bon temps, en toute sécurité".

Quelles sont les mesures proposées par Horeca Vlaanderen? "Dans une première phase, le personnel qui sert les clients devra porter des masques FFP2, parce qu’il est en contact avec des clients qui enlèvent le masque pour manger et boire. Nous proposons aussi de fermer cafés et restaurants une demi-heure avant le début du couvre-feu. Il devra y avoir un appareil de mesure de la concentration de CO2, pour vérifier que l’endroit est suffisamment aéré. Et il ne pourra pas y avoir davantage de monde assis autour d’une table que ce qui sera permis ailleurs", explicite Matthias Decaluwé.

"Nous proposons donc une série de choses logiques, qui évolueront au fil des mesures imposées par le Comité de concertation. C’est facile à contrôler dans la pratique, et c’est donc une situation avantageuse pour tout le monde. Il vaut mieux des mesures sévères et uniformes que de devoir rester fermé".

"Et nous allons à nouveau devoir nous tourner vers les autorités pour un soutien financier. Il n’est pas possible de devoir rester fermé aussi longtemps, tout en continuant comme par le passé", mettait en garde le CEO de Horeca Vlaanderen (photo).

Les plus consultés