ROBIN UTRECHT

La Flandre accuse un retard dans le verdissement de son économie

La Flandre a encore du pain sur la planche pour verdir son économie et sécuriser ainsi son bien-être. C’est la principale conclusion du troisième "Monitor Groene Economie", sur l’économie durable, réalisé par l'administration flamande de l'Environnement.

Cet instrument de monitoring examine à la lumière d'une série d'indicateurs de l'OCDE les progrès réalisés sur la voie d'une économie plus durable. Malgré des progrès réalisés, la Flandre affiche toujours du retard par rapport à ses voisins, comme le montre notamment l'intensité carbone de l'économie flamande.

"Notre économie est, en raison de nombreuses activités très intensives en énergie et en matériaux, fortement dépendante des politiques énergétique et climatique, également au niveau européen", reconnaît la ministre flamande de l'Énergie et de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA). Malgré des milliards d'euros investis dans les énergies renouvelables, la Flandre n'est parvenue à réduire ses émissions de gaz à effet de serre que de 3% au cours des 15 dernières années.

En continuant à miser sur l'innovation, la numérisation, la réutilisation de l'eau, le recyclage et la construction circulaire, la Flandre fera toutefois d'ici 2024 de grands pas en avant, estime encore la ministre Demir (photo).

Des efforts devront également être consentis au niveau de la qualité de l'air et de l'eau, alors que la politique environnementale belge apparaît moins ambitieuse que dans d'autres pays européens.

Les plus consultés