Batibouw propose cette année une édition virtuelle

Le salon de la construction Batibouw ouvre virtuellement ses portes ce samedi. Il se tiendra jusqu'au dimanche 7 mars uniquement sur internet en raison de l'épidémie de coronavirus. Les organisateurs espèrent attirer quelque 150.000 visiteurs pour découvrir les services de presque 200 exposants inscrits. Entretemps, le secteur de la construction souffre lui aussi de la crise sanitaire et mise sur les grands projets d’infrastructure pour sa relance.

L'année dernière, la version classique du salon Batibouw avait pu se tenir in extremis avant l'entrée en vigueur de mesures de restriction pour lutter contre la propagation du coronavirus. Pour cette nouvelle édition, les organisateurs ont donc développé une plateforme en ligne reprenant l'ensemble des informations des exposants et permettant notamment la prise de rendez-vous virtuels.

Dans un premier temps, les visiteurs doivent se créer un profil, expliquer leur projet et leurs besoins via un "chatbot" (conversation instantanée avec un logiciel) à l'aide de mots clés. En fonction de ces informations, des produits, des solutions ainsi que des marques seront suggérés et les visiteurs pourront directement interagir avec les exposants par vidéoconférence ou messages. Des photos et vidéos des produits seront également proposées.

L'enregistrement sur la plateforme est disponible à partir de ce samedi à 10h, pour l'ouverture officielle du salon. Les interactions entre exposants et visiteurs seront possibles durant toute la durée du salon et les informations des professionnels resteront disponibles sur la plateforme en ligne jusqu'à la fin du mois de mars.

"La plateforme en ligne de Batibouw 2021 fonctionne sur le même principe de base que le salon physique", explique Frédéric Devos, directeur du salon. "Nous permettons aux visiteurs et aux exposants de discuter ensemble et en 'face à face', mais virtuellement. C'est ce qui nous différencie et fait notre force par rapport aux recherches sur les moteurs de recherche."

Batibouw se déroulera du samedi 27 février au dimanche 7 mars de 10h à 19h. Un nocturne est également programmé le jeudi 4 mars jusqu'à 21h.

Les grands projets d'infrastructures pour sortir la construction de la crise ?

Avec ce recul de 3,8% de son activité, le secteur de la construction a moins souffert que l'économie dans son ensemble (-6,2%), soulignait l'administrateur délégué de la Confédération Construction Robert de Mûelenaere, juste avant le lancement de l'édition virtuelle du salon Batibouw. La reprise attendue cette année, de 5%, sera donc moindre que celle de l'économie dans son ensemble (entre +5 et +6,2%).

"Sur les deux années, nous voulons (en 2021) faire mieux qu'en 2019, même s'il y a un "grand mais". Les grands travaux publics doivent être réalisés", insiste le patron de la Confédération Construction. "Si ce n'était pas le cas, il y aurait une diminution d'environ 1% par rapport à 2019", prévient-il. "D'où l'importance des plans de relance."

Pour ce faire, le secteur se tourne vers la liaison Oosterweel à Anvers (photo), le réseau RER des transports publics autour de Bruxelles ou le tramway de Liège. Le secteur du génie civil a réussi à se maintenir plus ou moins à flot l'année dernière et, grâce à ces projets et à une augmentation des investissements publics, il devrait connaître une croissance de 8,5% cette année, espère la Confédération. Le secteur plaide donc une fois de plus en faveur des investissements publics.

Grâce au "Green Deal" et au plan de relance européen d'après crise, le secteur devrait trouver de la main-d'œuvre supplémentaire à moyen terme. "Si nous voulons parvenir à ces objectifs climatiques, nous devons doubler, voire tripler les rénovations énergétiques. En Belgique, cela équivaut à environ 135.000 rénovations par an, soit 15 rénovations par heure", calcule la fédération.

Le secteur de la rénovation connaîtra également une croissance de 5% dans les prochains mois, après une baisse de 1,3% en 2020. La construction de nouveaux logements a, pour sa part, baissé de 8% l'année dernière à la suite des effets du confinement, évalue la Confédération, qui s'attend à une reprise de 3% dans ce segment en 2021. Cela grâce, entre autres, à des taux d'intérêt toujours bas ou à l'augmentation des revenus des ménages.

Les carnets de commande de la moitié des entreprises de construction sont encore moins remplis qu'en 2019 et, pour 17% d'entre elles, ils sont beaucoup moins remplis ou même presque vides, alerte encore l'organisation. Enfin, la production de bâtiments non résidentiels augmenterait d'environ 1% cette année, après s'être contractée de 10% en 2020.

Les plus consultés