Le brouillard fait plus de 160 victimes sur nos routes chaque année

Il n'y a qu'une quarantaine de jours de brouillard par an en Belgique, mais ils font 160 tués ou blessés sur nos routes, indique ce samedi Vias. L'institut pour la sécurité routière rappelle à cette occasion le dramatique carambolage en chaine qui s’est produit il y a 25 ans jour pour jour, en plein épais brouillard, sur l'E17 entre Gand et Courtrai (photo archives). Plus de 200 véhicules y étaient impliqués et l’accident monstre a fait 10 morts, 56 blessés graves et 30 blessés légers. De nombreux véhicules avaient été détruits par les flammes. 

L’Institut Vias souligne que, paradoxalement, la gravité des accidents dans le brouillard est quasiment deux fois plus élevée que la moyenne des accidents en général (34 tués par 1.000 accidents contre 18) alors que les usagers sont censés rouler moins vite, ce qui devrait théoriquement diminuer la gravité des accidents.

Quelque 80% des accidents dus au brouillard ont lieu entre octobre et mars, note encore l'Institut de sécurité routière. Pour Vias, il y a principalement deux phénomènes qui expliquent ce constat: la surestimation des distances et le phénomène de l'aspirateur.

Concernant le premier phénomène, le brouillard fait apparaître une surestimation de plus de 50%, en moyenne de la distance réelle par rapport à un obstacle, souligne Vias. Concrètement, lorsqu'un conducteur roule à un peu moins de 10 mètres d'un autre véhicule, il estime qu'il se trouve à 20 mètres. Ce qui explique pourquoi les conducteurs ont tendance à ne pas respecter la distance de sécurité en cas de brouillard, explique lIinstitut.

Le phénomène de l'aspirateur s'explique quant à lui par le fait que pour ne pas être perdu et continuer à distinguer les feux du véhicule qui le précède, le conducteur aura tendance à s'en rapprocher. L'automobiliste qui voit quant à lui se rapprocher un véhicule derrière lui aura tendance à accélérer de peur d'être heurté par l'arrière. Donc, au lieu de ralentir, la vitesse du trafic augmente, conclut Vias.

Les plus consultés