Le drapeau arc-en-ciel hissé au 16 rue de la Loi et sur plusieurs maisons communales

Un drapeau arc-en-ciel, symbole des communautés lesbiennes, homosexuelles, bisexuelles, transgenres et intersexes (LGBTQI+), flotte ce mardi au-dessus du 16 rue de la Loi, a annoncé mardi le Premier ministre Alexander De Croo, qui a pris cette initiative à la suite de l'assassinat possiblement homophobe d'un quadragénaire, commis samedi à Beveren. Ce drapeau sera hissé flottera également le jour de ses funérailles. Certains bourgmestres ont également fait flotter le drapeau arc-en-ciel aujourd'hui.

"Pas de place pour la haine dans notre pays. Love wins", a déclaré Alexander De Croo sur Twitter.

Le chef du gouvernement a voulu de la sorte témoigner sa sympathie aux parents et proches de la victime de cet acte qui pourrait avoir été inspiré par l'homophobie. "Mais c'est aussi une marque de soutien et de solidarité à tous les jeunes qui se demandent s'ils doivent faire leur coming-out, à tous les couples LGBTQI+ qui ont peur de montrer leur amour en rue", a-t-il ajouté.

"Les droits des personnes LGBTQI+ sont des droits fondamentaux. Mais aucun droit n'est jamais acquis. Je me battrai jour après jour pour cette liberté", a-t-il conclu.

"Personne ne devrait avoir peur d'aimer quelqu'un", a tweeté de son côté le secrétaire d'État à l'asile et aux migrations, Sammy Mahdi (CD&V). "Tout le monde devrait se rendre compte que l'homophobie n'a pas sa place ici." Le drapeau arc-en-ciel flotte également sur la façade de son cabinet.

A Sint-Niklaas, la ville de où habitait la victime, le drapeau arc-en-ciel flotte aussi aujourd'hui. "Nous avons pensé que c'était approprié après l'événement tragique d'hier", déclare le bourgmestre Lieven Dehandschutter (N-VA). "C'est aussi une condamnation de la violence contre les personnes LGBT".

Une initiative similaire a été prise sur l’hôtel de ville d'Ostende (voir ci-dessous. "Stop à la haine, à l'intolérance et à l'homophobie", a tweeté le bourgmestre de la ville côtière  Bart Tommelein (Open VLD).

Nous disons très clairement NON à toute forme de violence homophobe", déclare de son côté le bourgmestre de Lubbeek, Theo Francken (N-VA). "Ce qui s'est passé hier est totalement inacceptable. Nous espérons que les auteurs seront sévèrement punis et que la société donnera un signal très clair".

Les plus consultés