Le gouvernement flamand renforce les mesures contre l'homophobie

A la suite du meurtre d’un quadragénaire survenu ce week-end à Beveren (Flandre orientale), pour lequel un mobile homophobe est soupçonné, le gouvernement flamand a annoncé ce jeudi des mesures supplémentaires pour lutter contre l'homophobie. Les faits dramatiques ont choqué la population, notamment en raison du jeune âge des trois suspects, encore adolescents.

Le ministre Bart Somers (photo), responsable notamment de la Cohésion sociale, compte rendre les points de contact existants plus accessibles et visibles, ainsi que les centraliser davantage. C’est ce qu’il a expliqué à l’issue d'une concertation avec les associations Çavaria et Wel Jong Niet Hetero qui représentent la communauté des homosexuels, lesbiennes et transgenres.

Bart Somers envisage aussi des espaces protégés - physiques et virtuels - où les victimes d'intimidations ou de violences sexuelles peuvent se confier dans un environnement sûr. Un groupe de travail incluant plusieurs organisations LGBT+ sera chargé de proposer des pistes d'améliorations et d'action.

Le ministre flamand s'entretiendra en outre avec des jeunes de Wel Jong Niet Hetero (traduisez par ‘Jeunes mais pas hétéro’) "pour écouter leurs récits de vie, leurs expériences et leurs conseils".

Le corps de David P. a été découvert samedi dans un parc de Beveren où il aurait été attiré par trois mineurs via une application de rencontre pour homosexuels. Les trois jeunes se sont eux-mêmes rendus à la police ces derniers jours. Le parquet a souligné que le mobile faisait l'objet d'une enquête et qu'il n'était pas encore certain qu'il s'agissait d'un crime homophobe.

Les plus consultés